Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Logo LE LUC couleur

PUGET-SUR-DURANCE

84360

Département de Vaucluse

Arrondissement d'Apt

Canton de Cadenet

Communauté de Communes 

des Portes du Luberon

712 habitants

43° 45" 21' Nord

5° 16" 11' Est

 

Agenda

 

 

 

 

 

 

 

#

FETE VOTIVE

Vendredi 21 juillet

Samedi 22 juillet

Dimanche 23 juillet

Extérieur

#

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations diverses

plandepuget

  # 

Calendrier annuel des périodes

d'incinération des végétaux 

  14325-1-copie-1

#

Nouveaux horaires des déchèteries.

 

  4146-1

 

 

 

Bienvenue sur le blog de la Mairie de PUGET-SUR-DURANCE.

Vous pourrez accèder à toutes les informations concernant la Mairie , aux compte-rendus des réunions des différents Conseils Municipaux

et à toutes les décisions prises par votre nouvelle Municipalité.

Vous pouvez poser vos questions en faisant "ajouter un commentaire" et il vous sera répondu dans les cinq jours au même endroit.

Vos commentaires sont également les bienvenus.


Bonne visite !

Ouvertures et Permanences

 

Ouvertures de la Mairie

 

 

Nathalie et Manue vous recevront les :

 

Lundi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30

Mardi  de 14h à 17h30

Mercredi de 9h à 12h

Jeudi de 9h à 12h30

Vendredi de 9h à 12h30 et de 14h 17h30

Samedi de 9h à 12h

 


Permanences du Maire

 
sur rendez-vous .

 

Votre nouvelle équipe

 



Maire : Alain Sage

Premier adjoint : Jean-Daniel Duval

Deuxième Adjoint  : Danielle Faidy

Troisième Adjoint  : André Capanni

 

Quatrième Adjoint : Alain Blancheton

Conseillers Municipaux :

Jean-Claude Aoustin

Suzanne Bouchet
Christine Charbonnier

Nathalie Clausells
Christelle Fernandez

Gilbert Guérin
Sylvain Meyssard
Michèle Moulinet
Cathy Prost
Jean-Marie Scano

21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 15:19

COMPTE   RENDU   SOMMAIRE  

DE   LA   SEANCE  DU   CONSEIL   MUNICIPAL   

DU 13 AVRIL 2015

 

 

Etaient  présents : Alain SAGE, le Maire, Danielle FAIDY, André CAPANNI, Jean-Daniel  DUVAL,  Adjoints

Mesdames Suzanne BOUCHET, Christine CHARBONNIER, Christelle FERNANDEZ, Michèle MOULINET, Messieurs Gilbert GUERIN, Sylvain MEYSSARD, Jean-Marie SCANO

 

Absent(e)s excusé(e)s avec pouvoir : Catherine PROST donne pouvoir à Suzanne BOUCHET, Jean-Claude AOUSTIN donne pouvoir à André CAPANNI,  et Alain BLANCHETON donne pouvoir à Alain SAGE,

Absent(e)s : Nathalie CLAUSELLS,

Secrétaire de séance : Christelle FERNANDEZ

                                      

Ø Ordre du jour

Ÿ Compte de gestion /Compte Administratif 2014             

 

Fonctionnement

Ÿ Dépenses

828 966,48

86 971,95

Ÿ Recettes

915 938,43

Investissement

Ÿ Dépenses

118 219,48

24 239,12

Ÿ Recettes

142 458,60

 

 

RESULTAT DE L’EXERCICE 2013

 

 

111 211,07

 

Compte tenu des reports de l’exercice précédent soit 348 235,27 €, considérant la part affectée à l’investissement d’un montant de 68 992,37 € (excédent de fonctionnement capitalisé) sur l’exercice 2014, le résultat global de clôture de l’exercice 2014 présente un excédent de 390 453,97 €. L’excédent de résultat de fonctionnement reporté sur l’année 2015 est de 175 424,50  € ; résultats conformes aux écritures du comptable du Trésor, Percepteur à Cadenet.

 

Ÿ Taux d’imposition des taxes directes locales pour 2015

 

Monsieur le Maire soumet à l’examen de l’assemblée l’état de notification n° 1259 qui nous a été adressé par l’administration fiscale pour l’année 2015 afin que soient votés les taux d’imposition des taxes directes locales.

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ DECIDE de maintenir les taux d’imposition de l’année 2014 au titre de l’année 2015, à savoir :

Taxe d’habitation

14,93

Taxe foncière sur foncier bâti

8,25

Taxe foncière sur foncier non bâti

42,04

Cotisation Foncière des entreprises

32,70

 

 

 

     

 

Ÿ MANDATE le Maire pour signer l’état de notification 1259 à adresser à la Préfecture.

 

 

Ÿ Budget primitif 2015

 

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment ses articles L 2312-1 et suivants,

 

Vu le projet de budget principal pour l’exercice 2015  transmis avec la convocation au Conseil et joint à la présente délibération,

Il est proposé au Conseil Municipal d’adopter le budget primitif 2015.

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité :

 

- DECIDE  d’adopter le budget primitif 2015 de la commune de Puget,  arrêté en dépenses et en recettes conformément aux tableaux ci-dessous, présentant chapitre par chapitre, le budget principal.

 

 

FONCTIONNEMENT

Ÿ Dépenses

987 387,02

Ÿ Recettes

987 387,02

 

INVESTISSEMENT

Ÿ Dépenses

394 204,32

Ÿ Recettes

394 204,32

 

Affectation du résultat de fonctionnement 2014 :

 

Monsieur le Maire explique  que le compte administratif au titre de l’année 2014 ayant été approuvé lors de  cette séance, il y a lieu d’en affecter le résultat de fonctionnement.

 

Reports :

Pour rappel : Excédent reporté de la section Investissement de l’année antérieure :                               190 790,35 €

Pour rappel : Excédent reporté de la section Fonctionnement de l’année antérieure :                            88 452,55  €

Pour rappel : Part affectée  à l’investissement exercice 2014 :                                                              68 992,37 €

 

Soldes d’exécution :

Un solde d’exécution (Excédent - 001) de la section d’investissement de :                                       24 239,12 €

Un solde d’exécution (Excédent - 002) de la section de fonctionnement de :                                                  86 971,95 €

Résultat de l’exercice :                                                                                                                                            111 211,07 €      

 

Restes à réaliser

Par ailleurs, la section d’investissement laisse apparaître des restes à réaliser :

En dépenses pour un montant de :                                                                                                                  162 897,48 €

En recettes pour un montant de :                                                                                                                        11 938,10 €

 

Le résultat de la section de fonctionnement doit faire l’objet d’une affectation par le Conseil Municipal, soit en report à nouveau pour incorporer une partie de ce résultat dans la section de fonctionnement, soit en réserve, pour assurer le financement de la section.

 

Considérant le résultat de fonctionnement du CA 2014 et la couverture du besoin de financement de la section d’investissement, il est nécessaire d’affecter la somme de 28 544,72 €  à la section d’investissement en l’inscrivant au compte 1068 « Excédents de fonctionnement capitalisés » du budget 2015.

 

Compte 1068

Excédent de fonctionnement capitalisé (R1068) :                                                                                        28 544,72 €

 

Ligne 002

Excédent de résultat de fonctionnement reporté (R002) :                                                                    146 879,78 €

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents :

 

Ÿ DECIDE :

  • d’affecter la somme de 28 544,72 €  au compte 1068 « Excédents de fonctionnement capitalisés » au budget 2015 pour couvrir le besoin de financement constaté en section d’investissement.

 

Ÿ Contractualisation 2012-2014 / Avenant 2015

 

L’assemblée Départementale a décidé par délibération en date du 13 mars 2015 de proroger le terme des avenants 2012, 2013, 2014 et du volet « aide spécifique «  jusqu’au 30 septembre 2015.

 

Ÿ Montant dépense subventionnable  HT

   

   62 714,28 €

Ÿ Subvention du département

   

   43 900,00 €

Ä 70 %

 

 

 

       

Ÿ PROPOSITIONS 2015 :

     

Nature de l'opération

Proposition

Subvention

H.T

T.T.C

 

Opération n° 38 : Divers travaux de Bâtiments

 

39 400,00

47 280,00

 

Total

39 400,00

  47 280,00 €

   27 580,00 €

Opération n° 106  :Matériels informatiques

 

      5 431,30  

      6 517,56  

 

Total

     5 431,30 €

     6 517,56 €

     3 801,91 €

Opération n° 54 : Divers travaux de voirie

 

     2 500,00 €

     3 000,00 €

 

Total

     2 500,00 €

     3 000,00 €

     1 750,00 €

Opération n° 104 : Acquisition Mobiliers

 

     5 657,51 €

     6 789,01 €

 

Total

     5 657,51 €

     6 789,01 €

     3 960,26 €

Opération n° 111 : Acquisition Mobiliers

 

     9 725,47 €

  11 670,56 €

 

Total

     9 725,47 €

  11 670,56 €

     6 807,83 €

 

  62 714,28 €

  63 586,57 €

   43 900,00 €

 

Ÿ Révision du POS

 

Délibération prescrivant la révision du POS devenant PLU

et définissant les modalités de la concertation

 

La présente délibération a pour objet de prescrire la révision générale du plan d’occupation des sols de la commune de Puget. Elle vise également à définir les objectifs poursuivis ainsi que les modalités de la concertation.

 

Rappel du contexte

 

Monsieur le Maire rappelle au conseil municipal que par un jugement en date du 10 mars 2015, le Tribunal Administratif de Nîmes a annulé la délibération en date du 15 février 2013 par laquelle le conseil municipal de Puget a approuvé le plan local d’urbanisme de la commune ;

 

Cette annulation est prononcée pour des motifs portant sur la forme (Absence de justificatifs d’affichage de la délibération et insuffisance du rapport du commissaire enquêteur notamment).

 

Il est souligné que c’est pour des vices de procédure que la délibération approuvant le PLU a été annulée. Le parti d’aménagement retenu par le conseil municipal n’a pas été remis en cause par le Tribunal Administratif.

 

En conséquence de ce jugement, le document d’urbanisme actuel est le POS redevenu applicable. Ce POS a été approuvé par délibération du conseil municipal en date du 31 juillet 1978.

 

Monsieur le Maire explique que le POS ne permet plus de répondre pleinement aux besoins de la commune et qu’il y aurait lieu de le réviser.

 

Les objectifs poursuivis

 

Monsieur le Maire rappelle que la précédente révision du POS a permis à la commune de réfléchir sur ses orientations en matière d’urbanisme, d’aménagement et de développement durable, et qu’il apparaît nécessaire de définir clairement l’affectation des sols, ainsi qu’une réorganisation générale de l’espace communal en conformité avec les dispositions de la loi SRU et du Grenelle de l’environnement.

 

Monsieur le Maire relève l’intérêt et la nécessité pour la Commune de réviser le POS en PLU,

 

La présente révision du POS poursuit les objectifs suivants qui s’inscrivent dans la logique de la précédente procédure :

 

  • Maîtriser le développement démographique du village en veillant à maintenir l’équilibre au sein de la population en favorisant la réalisation de programmes de logements répondant aux besoins de tous, et notamment ceux des jeunes ménages et des ménages modestes.

 

  • Affirmer le centre village comme un véritable pôle de vie sur le territoire communal. Cette volonté est issue du constat d’un glissement de la commune vers un « village dortoir ». L’objectif est donc de renforcer l’attractivité du centre village en créant une nouvelle centralité en greffe de village et présentant une mixité des usages : habitat, commerces et services. Il s’agit également d’accompagner un développement économique qui soit compatible avec le caractère rural du territoire.

 

  • Rendre inconstructible tous les terrains concernés par un risque très fort d’incendie de forêt, en cohérence avec le PPRIF.

 

  • Préserver les cônes de vue sur le village, notamment en entrée de village depuis la RD973.

 

  • Assurer le maintien des espaces boisés présentant des richesses environnementales et paysagères ; il s’agit notamment du versant sud du Luberon, mais également des reliefs situés entre la RD973 et le Luberon.

 

  • Affirmer la protection de la Durance au regard de son rôle de corridor écologique majeur.

 

  • Définir clairement les espaces présentant un potentiel pour l’agriculture et déterminer des règles permettant d’en assurer la protection (Zone Agricole Protégée).

 

Ces objectifs, qui peuvent trouver leur traduction dans le précédent dossier de PLU approuvé, que le conseil municipal se réapproprie, sont soumis à nouveau à la concertation.

 

Les modalités de la concertation

 

Conformément aux dispositions de l’article L.300-2 du Code de l’urbanisme, une concertation préalable sera organisée, associant pendant toute la durée de l’élaboration du projet, les habitants, les associations locales et les autres personnes concernées dont les représentants de la profession    agricole.

 

La concertation a pour objectif de :

 

  • Fournir une information claire sur le projet de PLU tout au long de sa révision ;
  • Offrir au plus large public la possibilité de s’exprimer et d’exposer ses attentes et ses  idées ;

 

La concertation sera organisée selon les modalités suivantes :

 

  • Le public pourra faire connaître ses observations dans un registre ouvert en maire de Puget.
  • Une réunion publique d’échange et de concertation sera organisée.
  • Une exposition publique sera organisée pour présenter les principaux éléments du PLU ;

 

 

Les avis exprimés feront l’objet d’un bilan formalisé qui sera présenté au conseil municipal au plus tard lors de l’arrêt du projet et tenu à la disposition du public.

 

Vu le jugement rendu par le Tribunal Administratif de Nîmes le 10 mars 2015 suite à l’audience du 27 février 2015,   n° 1302033 ;

 

Vu le POS approuvé par délibération du Conseil municipal du 9 juillet 1978 ;

 

Vu l’article L.300-2 du Code de l’urbanisme ;

 

Vu les articles L.123-6, R.123-21, R.123-25 du Code de l’urbanisme ;

 

Après avoir entendu l’exposé de Monsieur le Maire et en avoir délibéré, le Conseil Municipal décide de :

 

  1. Prescrire la révision du Plan d’Occupation des Sols sur l’ensemble du territoire communal de Puget,
  2. Approuver les objectifs poursuivis et les modalités de la concertation préalable engagée en application de l’article L.300-2 du Code de l’urbanisme,
  3. Charger Monsieur le Maire de lancer la procédure de consultation de bureaux d'études pouvant accompagner la commune dans la révision du Plan d’Occupation des Sols,
  4. Donner pouvoir à Monsieur le Maire pour signer tout contrat, avenant ou convention de prestation ou de service nécessaire à la révision du Plan d’Occupation des Sols ;
  5. Dire que les crédits destinés au financement des dépenses afférentes à la révision du Plan d’occupation des Sols sont inscrits au budget de l’exercice considéré.

 

Conformément à l’article L.123-6 du code de l’Urbanisme, la présente délibération sera notamment notifiée à :

 

  • Monsieur le Préfet de la Région Provence Alpes Côtes d’Azur, à Monsieur le Préfet du Vaucluse
  • Monsieur le Président du Conseil Régional
  • Monsieur le Président du Conseil Général
  • Messieurs les maires des communes voisines
  • Messieurs les représentants des chambres consulaires (métiers, commerce et industrie, agriculture)
  • Monsieur le Président du PNR du Luberon
  • Monsieur le Président du syndicat mixte du SCOT du Sud Luberon
  • Monsieur le Président de la Communauté de Communes des Portes du Luberon.

 

Conformément à l’article R.130-20 du code de l’urbanisme, le Centre Régional de la Propriété Forestière sera informé de la décision de prescrire la révision du POS.

 

Conformément à l’article R.123-25 du code de l’Urbanisme, la présente délibération fera l’objet d’un affichage en mairie durant un mois et mention de cet affichage sera faite dans un journal diffusé dans le département.

 

Ÿ Régie d’avance

Monsieur le Maire rappelle que la régie d’avance est de 500 €. Il convient d’augmenter celle-ci afin de répondre aux besoins de Centre de Loisirs.

Il est décidé d’augmenter celle-ci à 800,00 €.

 

Ÿ Echange terrain PASCAL/commune    :

 

Monsieur Laurent PASCAL est propriétaire de la parcelle cadastrée section C n° 1121 d’une surface totale de 8 598 m 2, située en zones Bleue et Rouge du PPRIF dans le  lotissement du Parc de Puget. 

Cette parcelle est  contiguë à la parcelle communale  cadastrée  section C n° 1989 d’une surface totale de 45 113 m2,   constituant une partie du chemin piétons dudit  lotissement, soumis également au zonage du PPRIF.

 

Considérant la servitude du PPRIF exercée sur cette parcelle, l’implantation de la maison doit se faire en zone Bleue (environ 200 m2). Pour cela, Monsieur Laurent PASCAL sollicite la commune de Puget afin de réaliser un échange entre une petite partie du terrain communal d’une surface de 44 m2 (Zone Bleue du PPRIF)  qui permettra l’implantation de  leur projet en zone bleue et une partie  de son terrain située en zone Rouge le long du chemin communal piétons, d’une surface de 330 m2 permettant d’élargir le  chemin communal pour l’accès des pompiers (cf. annexe ci-jointe).

 

L’échange sera formalisé par acte administratif devant notaire moyennant l’euro symbolique, les frais étant à la charge de M. Laurent PASCAL ainsi que les frais de géomètre.

 

En conséquence, il est proposé au Conseil Municipal d’approuver les dispositions qui précèdent et d’autoriser le Maire à signer tous les documents nécessaires pour mener à bien cette opération.

 

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité :

 

- DECIDE d’accepter l’échange de terrains entre M. Laurent PASCAL et la commune, sans soulte, portant sur la parcelle cadastrée section C 1121 pour 330 m2 cédée par Monsieur Laurent PASCAL et la parcelle cadastrée section C n° 1989 pour 44 m2 cédée  par la commune de Puget.

 

  • DEMANDE l’avis des Domaines pour valider le principe d’un échange sans soulte eu égard au caractère du projet et d’évaluer la valeur des terrains,

 

  • DIT que tous les frais de géomètre,  de notaire et de publication seront à la charge de

M. Laurent PASCAL,  

 

AUTORISE le Maire à signer l’acte notarié ainsi que tout document nécessaire pour mener à bien cette opération.

 

Ÿ Vente terrain Gremling/Commune

Monsieur le Maire explique que Monsieur GREMILING, propriétaire de la parcelle section C n° 1960, d’une superficie totale de 1 494 m2, une partie de l’emprise du chemin privé «Les Beaumes Relenques» souhaite céder  pour l’Euro symbolique  à la commune cette parcelle.

 

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité :

  • ACCEPTE la cession à la commune pour l’Euro symbolique
  •  AUTORISE le Maire à signer l’acte notarié ainsi que tout document nécessaire pour mener à bien cette opération.

Dressé le 17 avril  deux mille quinze  pour être affiché à la porte de la Mairie.

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Conseil municipal
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 18:01

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur n° 84

Nouvelles Acquisitions

ROMANS

Chandernagor, Françoise : « Vie de Jude, frère de Jésus »

Ce livre est un roman, bien sûr. Non pas un roman sur Jésus (il y en a tant), ni sur « la femme de Jésus » (pure extravagance), ni sur les premiers chrétiens (c’est déjà fait) : un roman sur les frères de Jésus.

Mais les frères de Jésus appartiennent-ils au Roman ou à l’Histoire ? C’est d’abord en historienne, et parce qu’ils appartiennent à l’Histoire, que Françoise Chandernagor s’est intéressée à eux : les textes officiellement acceptés par l’Église depuis dix-sept siècles, dont les quatre Évangiles et les Épitres de Paul, de même que les écrits des premiers Pères de l’Église, nous apprennent tous, en effet, que Jésus avait quatre frères, dont nous connaissons les noms, et au moins deux sœurs. Historiens et exégètes s’accordent aujourd’hui pour dire qu’il s’agit bien de frères, et non pas de cousins comme on a voulu nous le faire croire. L’un d’eux fut même chef de l’Église de Jérusalem, en un temps où Jérusalem (et non Rome) était le centre de la chrétienté : en somme, le premier Pape. Restait à imaginer la vie de ces quatre hommes dans la Palestine du premier siècle, un pays humilié, divisé, colonisé, où, dans l’attente fervente de l’apocalypse et du Jugement dernier, les tensions politiques s’exacerbent, la rébellion s’organise, les sectes religieuses s’affrontent.

C’est Jude, le benjamin de la fratrie, qui raconte…

Rufin, Jean-Christophe : « Check-Point »

 Retour dans les années 90. La Yougoslavie n'en finit plus de se disloquer sous les coups de boutoir des nationalistes de tous bords. Sa composante multiconfessionnelle, la Bosnie, est devenue un enfer que les factions paramilitaires se partagent dans le sang. C'est dans ce contexte, qu'une ONG lyonnaise lance, à destination d'une province bosniaque reculée, un convoi chargé de vivres et de vêtements. Enfin, c'est ce que croit Maud, une jeune fille en souffrance qui pense trouver un sens à sa vie dans l'engagement, quand elle prend le volant d'un quinze tonnes en compagnie de quatre hommes aux personnalités aussi diverses que leurs motivations sont inavouables. Des convoyeurs qui ne sont pas exactement ce qu'ils disent être, et un chargement qui n'est pas ce que, presque, tout le monde croit…

La situation devient rapidement explosive. Et le constat est terrible : la violence et la haine contaminent tout, même les idéaux les plus nobles. Les combattre n'est pas sans douleur. Intrigue hyper-tendue, rythme élevé, force des personnages… comme toujours, Jean-Christophe Rufin porte ses idées avec un talent romanesque incontestable.

Ryan, Donald : « Le cœur qui tourne »

« De temps à autre surgit un écrivain qui saisit tout un pays. Donal Ryan est de cette trempe. » -- Anne Enright

Dans un petit village irlandais frappé par la crise économique, des tensions émergent et se multiplient dangereusement . Un meurtre est commis, un enfant kidnappé, et c’est une communauté tout entière qui se retrouve en état de choc.

Bobby Mahon était le contremaître d’une entreprise contrainte de fermer ses portes, et dont le patron s’est enfui avec la caisse. Chacun des autres personnages – une jeune fille inquiète des difficultés financières de ses parents, une mère célibataire, un ouvrier, une prostituée, un père tyrannique, un maçon d’origine russe… – se trouvera lié à lui d’une façon ou d’autre, et tous chercheront à raconter leur propre vérité, dressant un portrait émouvant de l’Irlande rurale d’aujourd’hui et de la condition humaine, de la fragilité des relations et des sentiments.

À la manière d’un roman choral, dont la construction ambitieuse n’est pas sans rappeler le Faulkner de « Tandis que j’agonise », Donal Ryan donne ainsi la parole à vingt et un personnages dont il fait se succéder les voix, créant un chœur puissant à travers lequel les perceptions divergentes des protagonistes face à la réalité ne déroulent au final qu’une seule et même histoire.

Un texte particulièrement inventif et émouvant dont l’extrême noirceur recèle un humour véritablement ravageur. Un premier roman comme on en rencontre rarement, original et plein d’énergie, et un jeune écrivain aussi singulier que talentueux.

Né en 1976 à Tipperary en Irlande, Donal Ryan est LA révélation des lettres irlandaises 2013. Son premier roman Le cœur qui tourne, vendu à plus de 150 000 ex. dans son pays, a été élu « Meilleur livre de l’année » en Irlande, finaliste du Man Booker Prize en Angleterre et lauréat du Guardian First Book Award.
Publié en Irlande en janvier 2014, son second roman a confirmé sa consécration auprès des journalistes et des lecteurs.

Bronnec, Thomas : « Les Initiés »

Quelques années après la chute de Lehman Brothers, alors que le monde politique voit enfin la sortie de crise à l'horizon, le Crédit parisien est sur le point de sombrer. La plus grande banque française a besoin d'un plan de sauvetage en urgence mais la ministre de l'Economie, au sommet des sondages, symbole de la gauche revenue aux affaires, entend tout faire pour que Bercy ne mette pas sur pied un plan similaire à celui de 2008 lors de la crise des Subprimes. Au milieu du champ de bataille, s'opposent pouvoirs publics et monde de la finance. Les initiés est une œuvre de fiction mais le contexte politique et économique qui sert de trame à ce thriller ne doit rien au hasard. Journaliste, Thomas Bronnec a exploré les arcanes du ministère des Finances durant plusieurs années d'enquête, qui ont fourni à ce roman un matériau brut d'une incroyable richesse. « Ce roman se déroule à Bercy, le ministère des Finances qui à mon sens est assez rarement mis en scène en littérature. Un décor intéressant, donc. Le roman raconte le bras-de-fer entre l'administration de Bercy et les politiques, et met en scène l'influence de l'inspection des finances à travers des personnages bien brossés. C'est un roman très réussi sur le monde politico-économique et les élites de notre pays. » (Avis d’une internaute sur Amazon)

Vargas, Fred : « Temps glaciaires »

GAUTHIER de FNAC Parly 2 Le commissaire Adamsberg est de retour, avec toute sa fine équipe. Une série de suicides maquillés va les emmener en Islande et pendant la révolution française, sur les traces d'un tueur aussi diabolique que méthodique. Quatre ans après son dernier roman, Fred Vargas nous livre une nouvelle aventure palpitante !

FRANCOIS de FNAC Nantes L’univers inimitable de Vargas est toujours un régal, mêlant digressions labyrinthiques, humour farfelu et personnages décalés aux failles insondables, et cette nouvelle enquête ne déçoit  pas : atypique, obsessionnelle, elle vous entraîne dans un dédale sidérant de folies humaines que l'on dévore fiévreusement !

Biographie

Klarsfeld, Serge et Beate : « Mémoires »

« Il n'est nécessaire, ni d'être juif, ni d'être allemand, pour être saisi d'un sentiment de profonde admiration pour deux êtres exceptionnels qui auraient pu ne jamais se rencontrer. Une invraisemblable étincelle passa sur un quai de métro et nous voilà saisis d'émerveillement devant leurs accomplissements: une leçon ininterrompue d'intelligences et de persévérance au service d'humanité, de dignité et de courage.
Et tout cela servi par une excellente écriture: le plaisir de la lecture en prime! » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Histoire

Brook, Timothy : « La carte perdue de John Selden »

La Carte perdue de John Selden est une fascinante intrigue à tiroirs qui nous emporte des mers de l'Extrême-Orient jusqu'à l'Angleterre de Jacques Ier Stuart, sur les traces d'une mystérieuse carte de Chine de 1608 dont John Selden, orientaliste convaincu, fut le dernier propriétaire. Découvrant cette immense carte unique en son genre au sous-sol de la Bodleian Library d'Oxford, où elle dormait depuis plus de trois siècles, Tim Brook décide d'en percer les secrets. Et c'est ainsi qu'à partir d'une insolite rose des vents, de deux papillons du désert de Gobi, d'un ambitieux capitaine de Chine et d'un faisceau de routes commerciales, il nous entraîne dans le sillage des imposantes jonques chinoises. D'Est en Ouest - de Goa, Nagasaki, Quanzhou ou Manille à Amsterdam, Anvers ou Londres -, ces «navires du trésor» convoyaient précieuses épices, délicates porcelaines et estampes pornographiques japonaises... Un modèle de construction narrative et une plongée dans l'histoire-monde, servis par un art consommé du récit et du suspens, qui ont été salués par la presse américaine et anglaise. «La Carte perdue de John Selden est un voyage picaresque, entrelacé d'apartés qui contiennent chacun un joyau de perspicacité» (Financial Times).

 

Psychologie – Philosophie

Onfray, Michel : « Cosmos »

Cosmos est le premier volume d'une trilogie intitulée "Brève encyclopédie du monde". Il présente une philosophie de la nature. Il sera suivi de "Décadence", qui traitera de l'histoire, puis de "Sagesse", consacré à la question de l'éthique et du bonheur. » Les monothéismes ont voulu célébrer un livre qui prétendait dire la totalité du monde. Pour ce faire ils ont écarté des livres qui disaient le monde autrement qu'eux. Une immense bibliothèque s'est installée entre les hommes et le cosmos, et la nature, et le réel. Tel est le point de départ de ce livre, dans lequel Michel Onfray nous propose de renouer avec une méditation philosophique en prise directe avec le cosmos. Contempler le monde, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de la vie, de la nature, comprendre ses mystères et les leçons qu'elle nous livre. Tel est l'ambition de ce livre très personnel, qui renoue avec l'idéal grec et païen d'une sagesse humaine en harmonie avec le monde.

«  Grâce à une analyse objective, détaillée et bien sûr très raisonnée et rigoureuse, M Onfray nous débarrasse de nos oripeaux culturels et religieux pour nous replacer, en tant qu'espèce humaine, dans le grand cercle du vivant. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 14:43

COMPTE   RENDU   SOMMAIRE  

DE   LA   SEANCE  DU   CONSEIL   MUNICIPAL   

DU 05 JANVIER 2015

 

Le lundi 05 janvier 2015 à 20 h30, à PUGET SUR DURANCE, le Conseil Municipal de la commune, convoqué le 28 octobre 2014, s’est réuni en salle du Conseil Municipal, sous la présidence de Monsieur Alain Sage, le Maire.

 

Etaient  présents : Alain SAGE, le Maire, Danielle FAIDY, Alain BLANCHETON, André CAPANNI, Jean-Daniel  DUVAL,  Adjoints

Mesdames Suzanne BOUCHET, Christine CHARBONNIER, Christelle FERNANDEZ, Michèle MOULINET, Cathy PROST, Jean-Claude AOUSTIN, Gilbert GUERIN, Sylvain MEYSSARD, Jean-Marie SCANO,

 

Absent(e)s :  Nathalie CLAUSELLS,

 

Secrétaire de séance : Christelle FERNANDEZ

                                                                                                                                

Le quorum étant atteint, Monsieur le Maire ouvre la séance à 20 h 30.

 

Approbation du dernier Conseil Municipal , Monsieur le Maire aborde l’ordre du jour comme suit :

 

 

Ÿ Présentation du  Projet de réseau foncier agricole par le Parc Naturel du Luberon, la SAFER, et le Conseil Général

 

Pour rappel, lors du conseil municipal du 03 novembre 2014, Madame Mylène MAUREL, chargé de mission Agriculture et Tourisme du Parc Naturel Régional du Luberon a présenté au Conseil Municipal le projet de réseau foncier en partenariat avec la SAFER, le Conseil Général de Vaucluse et la GIE Terres et Territoires.

Monsieur Philippe ROLLET (GIE Terres et Territoires/Prestataire choisi par le Parc pour effectuer les diagnostics) a présenté  au Conseil Municipal les diagnostics agricole et foncier des communes Puget sur Durance et Lauris. Le périmètre d’études concerné est de 177 hectares pour la commune de Puget et de 299 hectares pour la commune de Lauris. Ce diagnostic va permettre d’orienter les pistes d’actions à mener et ainsi mettre en place des outils pour préserver les terres agricoles. Le diagnostic sera présenté à Lauris le 03 février prochain. Un plan d’actions et un échéancier seront déterminés à l’issue de cette présentation.

 

Etaient présents Madame Mylène  MAUREL (chargé de mission Agriculture et Tourisme du Parc Naturel Régional du Luberon), Messieurs Fabrice TREPCAPDEVILLE (Directeur Vaucluse de la SAFER) et Philippe ROLLET (GIE Terres et Territoires/Prestataire choisi par le Parc pour faire les diagnostics).

 

 

 

 

 

Ÿ Décision Modificative n° 5                                                                                  

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

 

A l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ DECIDE de procéder au vote de virements de crédits suivants, sur le budget 2014 :

 

CREDITS A OUVRIR

Chapitre

Article

Opération

Nature

Montant

014

739118

 

Autres restitutions au titre de

dégrèvement contributions directes

388,00

TOTAL

388,00

 

CREDITS A DEDUIRE

Chapitre

Article

Opération

Nature

Montant

022

022

 

Dépenses imprévues

388,00

TOTAL

388,00

 

Ÿ Plan de Prévention des Risques Naturels d’Inondations de la Durance                                                                               

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal que Monsieur le Préfet  de Vaucluse a approuvé le PPRI de la Durance par arrêté préfectoral en date du 28 novembre 2014.

Par conséquent, il convient :

-          d’afficher l’arrêté en mairie pendant une durée minimum d’un mois (date d’affichage le 18/12/2014),

-          de tenir à disposition du public le dossier du PPRI approuvé sur la commune,

-          d’annexer ce dossier au PLU en tant que servitude d’utilité publique dans un délai de trois mois, conformément à l’article L126-1 du code de l’urbanisme.

 

Ÿ Municipalisation du Centre de Loisirs « Ludo Minots »                                  

Monsieur le Maire rappelle que le Centre de Loisirs est passé sous gestion communale le 1er janvier 2015 et qu’il est par conséquent intégré dans le budget global.

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal que Madame Amélie JEAN a postulé au  poste de « Coordonnateur Jeunesse » proposé par la commune de Lauris à compter du 1er février 2015. Ce poste de coordination enfance et jeunesse concernera les communes de Lauris (80 %), Puget (10 %) et Puyvert (10 %). Ainsi, le temps de travail hebdomadaire à la charge de la commune sera de de 3 h 30, soit une charge de 15 heures 15 minutes mensuelles.

 

Madame Amélie JEAN, en Contrat à Durée  Indéterminée de droit public depuis le 1er janvier 2015, souhaiterait obtenir un congé de mobilité sous réserve des nécessités de service. Ce congé est défini par l’article 35-2 du décret du 15/02/1988. Monsieur le Maire ne s’oppose pas à cette demande.

 

Par conséquent, considérant tous ces éléments, et après avoir rencontré Madame Amélie LISI épouse JEAN, il convient de réorganiser les horaires du personnel pour le bon fonctionnement du centre de loisirs à compter du 1er janvier 2015.

 

 

 

 

 

Monsieur le Maire propose que Madame Valérie MANIERRE, diplômée pour exercer les fonctions de Directeur, en Contrat à Durée Indéterminée de droit public à 20 heures hebdomadaires, accède au poste de Directeur durant le congé de mobilité de Madame Amélie JEAN à compter du 1er février 2015 et qu’elle passe à 35 heures hebdomadaires à compter du 1er janvier 2015 pour travailler en collaboration avec Madame Amélie LISI épouse JEAN jusqu’à sa prise de fonction à Lauris.  

 

Puis, à compter du 1er février 2015, il convient d’attribuer une Indemnité Forfaitaire pour Travaux Supplémentaires à Madame Valérie MANIERRE durant le congé de mobilité de Madame Amélie JEAN.  

 

Par ailleurs, pour pallier le manque d’heures pour le bon fonctionnement du centre de Loisirs à compter du 1er février 2015, il convient de créer un poste d’Adjoint Animateur de 20 heures hebdomadaires en CAE.  

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

 

A l’unanimité des membres présents,

 

-          DECIDE d’accepter la demande de congé de mobilité pour une durée de trois ans renouvelable à compter du 1er février 2015,

-          DECIDE d’augmenter le nombre d’heures hebdomadaires  de Madame Valérie MANIERRE, à 35 heures à compter du 1er janvier 2015,

-          DECIDE  d’attribuer une Indemnité Forfaitaire pour Travaux Supplémentaires à Madame Valérie MANIERRE dont le coefficient retenu est 2 qui prendra la fonction de Directrice durant le congé de mobilité de Madame Amélie JEAN à compter du 1er février 2015,

-          DECIDE de créer un poste d’adjoint d’Animation en contrat CAE (20 heures hebdomadaires) à compter du 1er février 2015

 

Ÿ Régime indemnitaire pour les agents non titulaires de droit public 

 

Il est proposé d’instituer un régime indemnitaire, selon les modalités ci-après, et dans la limite des textes applicables aux agents non titulaires de droit public en CDI.

 

  • Une indemnité forfaitaire de travaux supplémentaires (IFTS) est instituée au profit des agents de 3ème catégorie,  selon les modalités et dans les limites suivantes :

 

Grades

Effectif

(a)

Montants de référence au 15/05/2014

(b)

Coefficient

£ 8

(c)

Crédit global

(a x b x c)

Filière animation : animateur chef, animateur principal, animateur à partir du 6ème

échelon,

 

1

857,83 €

 

2

 

1715,66

 

 

 

TOTAL

 

1 715,66

 

Le crédit global est égal au taux moyen correspondant multiplié par le coefficient retenu et par le nombre de bénéficiaires pour chaque catégorie, par rapport à l’effectif réellement pourvu.

Les taux moyens pourront être affectés individuellement par le Maire d’un coefficient multiplicateur maximal de 8, en considération du supplément de travail fourni et de l’importance des sujétions auxquels le bénéficiaire est appelé à faire face dans l’exercice de ses fonctions.

Les montants de référence sont indexés sur la valeur du point.

Conditions de versement :

Les indemnités seront versées mensuellement.

Elles seront proratisées selon le temps de travail des agents (temps complet, temps non complet, temps partiel) dans les mêmes conditions que le traitement.

Les primes et indemnités susvisées feront l’objet d’un ajustement automatique dès lors que les montants ou les corps de référence seront revalorisés ou modifiés par un texte réglementaire.

 

Le Conseil municipal,  après en avoir délibéré,

A l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ DECIDE  d’adopter le régime indemnitaire ainsi proposé.

 

Ÿ DIT qu’elles prendront effet à compter du 1er février 2015 et seront applicables aux agents non titulaires de droit public en CDI,

.

Ÿ DIT  que les crédits correspondants seront prévus et inscrits au budget.

 

Ÿ Taxe de séjour                                                                                         

 

Monsieur le Maire donne lecture d’un courrier du Conseil Général en date du 11 décembre dernier nous informant de la loi n° 88-13 du 5 janvier 1988 qui autorise les Départements à instituer une taxe additionnelle de 10 % à la taxe de séjour perçue par les communes et groupements de communes. Le Conseil Général de Vaucluse a instauré cette taxe additionnelle en date du 30 mars 1989.

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

A l’unanimité des membres présents,

 

-          DECIDE de mettre en place cette taxe additionnelle de 10 % à compter du 1er janvier 2015 qui sera versée au Conseil Général de Vaucluse annuellement.

 

 

Ÿ Travaux de rénovation du Temple

 

Les travaux de rénovation sont en cours : changement des fenêtres et pose du chauffage à infrarouge.

 

Ÿ Aire de dépôts des ordures ménagères

 

Il conviendra de mettre en place des panneaux indiquant les horaires de la déchèterie de Lauris.

 

 Divers

 

Monsieur le Maire donne lecture au Conseil Municipal d’un extrait du journal « le courrier du Luberon » d’octobre-novembre 2014,  qui rend hommage à Auguste BLANC, soldat résidant à Puget sur Durance, mort au combat  le 22 septembre 1914 mais déclaré déserteur par erreur. Il n’est inscrit sur aucun monument aux morts.

 

Monsieur le Maire donne lecture d’une délibération du Conseil Municipal prise en 1911 demandant à la Préfecture de Vaucluse  le changement de l’appellation de la Commune de « Puget de Lauris » en « Puget sur Durance ».  Il est à noter, qu’à ce jour, la commune est reconnue  sur un plan administratif (INSEE, Code postal,…) sous l’appellation de Puget.

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Conseil municipal
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 14:04

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur n° 82

Prêt de la Bibliothèque départementale

Bibliobus du 4 décembre 2014

 

Suite de Littérature d’autres langues


Pistanek, Peter : « Rivers of Babylon »

Bratislava, hiver 1989-1990. Rácz, jeune paysan simple et costaud, débarque de sa province natale en vue d’amasser le petit pécule qui lui permettra d’épouser la grosse fille chaste du boucher de son village. Il se retrouve employé comme unique chauffeur d’un vieil hôtel de luxe, l’Ambassador, dont le système de chauffage repose sur d’antiques chaudières nécessitant un entretien particulier. Il se rend rapidement compte de l’immense pouvoir que lui vaut désormais le rôle de « maître du feu » : allumant et éteignant le chauffage dans l’hôtel au gré de ses humeurs, le jeune homme soumet rapidement la masse grouillante des habitants de cette nouvelle Babylone  (faune cosmopolite et bigarrée, service administratif corrompu, personnel servile, escrocs à la petite semaine, prostituées aux dents longues, touristes libidineux, ex membres du KGB reconvertis en policiers corruptibles - tous ont une motivation commune : la quête effrénée du plaisir et du pouvoir). Commence alors l’inexorable ascension du fringant antihéros Rácz qui, de despote violent, se mue bientôt en démiurge omnipotent.
Mélange de roman de mœurs satirique, fiction politique au vitriol, conte philosophique, cette œuvre crue et burlesque, au comique dévastateur, met le doigt sur le système perverti et corrompu qui a régné dans les pays satellites de l’URSS au lendemain de la chute du mur.

 

Isaka, Kotaro : « Pierrot-la-gravité »

Haru et Izumi sont deux frères très liés depuis l’enfance. Haru est issu d’un viol subi par sa mère, mais les parents n’ont jamais caché cette réalité aux enfants et la famille est restée soudée autour de ce drame. Izumi travaille pour une société de tests génétiques, tandis que Haru passe ses journées à nettoyer les tags de la ville. Quand d’étranges incendies se mettent à éclater ici et là, annoncés par de mystérieux graffitis, les deux frères décident de mener l’enquête. Les signes mis bout à bout forment un rébus dont ils s’efforcent de percer le sens.
Au-delà de l’énigme policière aux péripéties étonnantes, c’est la personnalité attachante des deux frères qui captive, ainsi que le charme des dialogues entre humour et émotion, émaillés d’interrogations sur le bien et le mal, et les questions éthiques posées par les progrès de la science.
On reconnaît dans ce roman la «marque de fabrique» d’Isaka Kôtarô : création d’un univers original, à la croisée du roman policier, du fantastique et du manga, et mise en place d’un puzzle auquel on peut être assuré que pas une pièce ne manquera lors du dénouement surprenant.

 

Murakami, Haruki : « La Ballade de l’impossible »

Au cours d'un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : "Norwegian Wood". Instantanément, il replonge dans le souvenir d'un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s'est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l'aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît… Hommage aux amours enfuies, "La Ballade de l'impossible" est un magnifique roman aux résonances autobiographiques, d'une tendresse et d'une intensité érotique saisissantes.

 

Choi, Jae-Hoon : « Sept yeux de chats »

Six invités passionnés par les tueurs en série se retrouvent dans un chalet isolé et sont assassinés les uns après les autres. Tel est le point de départ de ce roman diabolique, qui se construit et se déconstruit comme un labyrinthe sans issue, menant le lecteur par le bout du nez pour son plus grand plaisir.

 

Porcel, Baltasar : « Quelques châteaux et toutes les ombres »

A Barcelone, à la veille d'un 1er Mai sur lequel planent des enjeux électoraux, deux personnages que tout oppose et qui se croisent furtivement tentent de tirer leur épingle d'un jeu difficile. Pelai, militant socialiste, flanqué d'une revêche épouse féministe et d'une enfant handicapée, déploie des trésors d'activisme et de fausse humilité pour que ses supérieurs le désignent comme candidat dans sa circonscription. Martigalà, riche promoteur immobilier, amateur d'art et d'argent, cynique et corrupteur mais depuis peu vraiment amoureux, convoite l'attribution d'un gigantesque chantier : le réaménagement du nouveau quartier Rei Conqueridor. C'est alors qu'un accident - l'effondrement d'un immeuble à la suite de l'extension du métro, réalisée par une des sociétés de Martigalà - vient bouleverser la donne. Les alliances battent de l'aile, les trahisons fissurent l'édifice et chaque parti tente de récupérer l'événement. Ressurgissent soudain, comme d'un ossuaire brutalement mis au jour, les drames politiques et familiaux qui, quelques décennies plus tôt, sur la puissance et la chute du franquisme, ont vu se déployer le miracle catalan. Echappées du passé, ou de ce que dissimulent les protagonistes, c'est bel et bien toutes les ombres qui rôdent désormais autour de quelques châteaux réels ou fantasmés, dans cette comédie humaine passionnée et vitaliste qui est aussi l'un des meilleurs romans que Barcelone ait inspirés.

 

Littérature de langue française


Bassignac, Sophie : « Dos à dos »

Fin août, une nuit du côté de Saint-Tropez. Dans la Villa des Roses, tout le monde dort lorsqu’Arnaud, visage d’ange mais cœur sombre, débarque sans prévenir chez ses parents: il est recherché par la police. Tragi-comédie du désir et des liens filiaux, ce roman effréné sonde les thèmes de la création artistique, de la culpabilité et de la part d’ombre qui nous habite tous. « Ferrés nous le sommes sans problème par ces personnages qui ne manquent pas de chair et, même si parfois l'intrigue perd parfois un peu de rythme, la vigueur et la vivacité de l'écriture emportent totalement l'adhésion. Sophie Bassignac confirme ici tout le bien que j'écrivais déjà d'elle ici. Les réflexions sur l'écriture qui jalonnent le roman sont à recueillir avec jubilation par tous les amoureux de la littérature ! » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Benoit, Pierre : « La châtelaine du Liban »

Dans les années 20, le capitaine Lucien Domèvre est muté au 2e Bureau de Beyrouth. Habitué à la vie spartiate du désert, le jeune officier est happé par un tourbillon de mondanités. Dans les cercles très fermés de cette ville cosmopolite, il croise une troublante comtesse anglaise, Athelstane Orloff, veuve d'un diplomate russe. Elle s'identifie à une célèbre aventurière anglaise du début du XIXe siècle, Lady Stanhope, au point d'habiter, comme elle, une forteresse inaccessible dans les montagnes. Fou amoureux, Lucien sacrifiera tout à cette femme fatale: sa fiancée, sa fortune, et surtout, son honneur. Pierre Benoit, qui a traité régulièrement dans ses romans de la domination masculine, montre ici une situation inversée : une femme totalement dénuée de scrupules, avide de pouvoir, de luxe et de plaisirs, qui se joue des hommes.

 

Bester, Jean-Baptiste : « Plus près des anges »

Règlements de comptes au sommet. Hautes-Alpes, 2012. Stéphane Angevin et sa fille Agathe, tous deux guides de haute montagne, partent faire l’ascension de la Meije, l’un des sommets les plus ardus des Alpes. Leur client, Alain Fabre, est un industriel parisien en vue. Il est accompagné d’un garde du corps et de son fils, un adolescent à la dérive. Trois jeunes casse-cou de Briançon partent eux aussi à la conquête de cette cime de légende. Ils ont fait un pari fou : gagner le sommet dans l'accoutrement et avec l'équipement rudimentaire des pionniers de l'alpinisme. Une jeune femme, grimpeuse solitaire d'exception, est sur leurs talons, restant dans l'ombre. Mais pourquoi Alain Fabre, qui n'a jamais manifesté aucun intérêt particulier pour la montagne, semble-t-il si pressé d'arriver au sommet ? Et cette femme, qui prend tous les risques pour rattraper les jeunes Briançonnais, quelle  est sa quête ? Entre la Grande Crevasse et Cliffhanger, l'auteur de l'Homme de la clarée nous offre un thriller alpin à l'humour corrosif, débordant d'action et de péripéties.


Bonnelle, Bernard : « Aux belles Abyssines »

« Lu d'une seule traite...très belle histoire où l'on s'attend à tout moment voir Rimbaud attablé avec Henri de Monfreid...magie d'un orient et tristesse insondable...nous empruntons, avec lui le chemin, d'un officier à la poursuite du rêve d'absolu d'un autre et qui finit par comprendre ce que veut dire Amour » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Carisey, Christian : « La maladie du roi »

Versailles, 1686. Le règne du Roi-Soleil vacille. Louis XIV doit mener bataille contre les puissances européennes. Il doit aussi lutter contre une fistule venue s'ajouter aux nombreuses maladies qui attaquent son corps abîmé. Alors que l'ambassadeur du Siam attend d'être reçu, le jeune chirurgien Félix de Tassy est chargé d'opérer le roi. De son intervention dépend la survie du pouvoir. Pendant ce temps, les espions rôdent à Versailles tandis que les Jésuites rêvent de convertir les populations d'Extrême-Orient. À partir de faits réels, Christian Carisey a composé un roman sur la fragilité du pouvoir. On y croise de grands noms de la cour, tels Louvois, Madame de Maintenon, le père La Chaise ou la Palatine, et l'on découvre enfin qui se cache derrière le Masque de fer.

 

Clément, Catherine : « Dix mille guitares »

• Sur le champ de bataille, le roi portugais Sébastien 1er disparait. Mort ou vif ? Nul ne le sait. On l’attend. Son rhinocéros favori, réincarnation d’un brahman indien, est alors conduit à la cour d’Espagne. L’animal vivra ensuite une incroyable destinée auprès des grands de ce monde, l’empereur d’Autriche, la reine de Suède, Arcimboldo ou encore Descartes. Vivant, mort, dépecé, transformé en coupe ciselée, il nous raconte son histoire et celle de la grande Europe. Philosophe et romancière, née en 1939, Catherine Clément a vécu douze ans à l’étranger ; quatre ans en Inde, cinq ans en Autriche, et trois ans au Sénégal. Elle est l’auteur de nombreux essais sur l’anthropologie et la psychanalyse, ainsi que d’une douzaine de romans (Le Voyage de Théo, Pour l’amour de l’Inde, La Sultane, La Valse inachevée, La Senora ).

 

Djian, Philippe : « Chéri-chéri »

Denis a la quarantaine. Le jour, il mène la vie ralentie d'écrivain sans succès et de critique fauché. Le soir, il s'habille en femme et va danser dans un cabaret. Quand ses beaux-parents viennent s'installer au-dessus de chez lui, plus question de se la couler douce. Paul, son beau-père, un mafieux notoire, pas franchement adepte du travestissement, lui a trouvé un emploi qui devrait l'endurcir. Chaque semaine, assorti d'un certain Robert, l'écrivain devra réclamer de façon musclée leurs impayés aux débiteurs de son beau-père. Contre toute attente, le job lui convient bien et Robert lui inspire le sujet d'un livre, qui pour la première fois fait un tabac en librairie... Mais voilà que quelque temps après, Paul est victime d'une tentative d'assassinat. Qui a voulu tuer Paul ? Denis, Robert, Hannah, sa fille, ou Veronica son épouse ? Tous avaient un sérieux mobile de s'en débarrasser. Un accident de voiture battra une ultime fois les cartes de ce roman dans lequel s'entrecroisent, se superposent, avant d'entrer en collision frontale, des mondes généralement étanches. Celui de l'écriture, celui de la mafia et celui de la nuit rêvée et fantasmée des drag-queens.

 

Dodane, Michel : « Retour à Champfontaine »

1968. Au cours d’une permission, Tom Powers, un jeune Américain de l’ Idaho, débarque à Champfontaine à la recherche de ses origines. Quand Marthe croise son regard, elle sait immédiatement qu’il est cet enfant qu’elle a eu avec un GI à la Libération. Pour lui éviter la honte d’être une fille-mère, le soldat avait emmené le bébé aux U.S.A. Roland, son mari, devine que ce fils tombé du ciel aidera Marthe à se remettre de la noyade de leur aîné. Tom est invité à rester à la ferme avant son retour au Vietnam. Mais sa rencontre avec Cécile bouleverse ses projets : la belle institutrice est fiancée au garde-champêtre, un rustre violent, d’une jalousie dévorante...Secrets de famille, rivalité amoureuse, vengeance et passion, les héros se débattent dans l’atmosphère oppressante des paysages sauvages de la Franche-Comté.

 

Dorgelès, Roland : « Les croix de bois »

JULIEN de FNAC Villiers-en-Bière « Loin de tout idéalisme, ce roman décrit ce que fut la Grande Guerre, son âpreté quotidienne dans la boue et dans les tranchées, sa tragédie misérable ou grandiose, le combat de tous les jours non seulement avec l'ennemi mais aussi avec la misère et la peur, le face-à-face avec la mort. »

 

Duroy, Lionel : « Le chagrin »

ANNIE de FNAC Rouen : « L'auteur relate une enfance chaotique causée par une mère dépensière et un père beau parleur qui entraine sa famille dans une vie d'errance et d'instabilité matérielle. Les disputes de ses parents et la terreur que lui inspire sa mère le laisse dans une insécurité affective permanente. Un récit captivant et courageux. »

 

Fermine, Maxence : « Noces de sel »

Isoline, la plus jolie fille d’Aigues-Mortes, et Valentin, le plus vaillant de ses raseteurs (champions des courses de taureaux camarguaises), s’aiment depuis l’enfance. Farouchement opposé à leur amour sans qu’on sache bien pourquoi, le père d’Isoline précipite sa fille dans un mariage arrangé. Le lendemain des noces, l’inconsolable Valentin défie les taureaux lâchés dans l’arène et meurt sous les yeux de celle qu’il aime. Des années plus tard, la vérité éclate : Valentin n’aura finalement été que le jouet d’un destin implacable… Fatum antique, faiblesses humaines, amours contrariées…, un conte tragique et romantique avec, pour toile de fond, la cité médiévale d’Aigues Mortes. Maxence Fermine est l’auteur de plusieurs romans à succès, Neige, L’Apiculteur (Prix del Duca et Prix Murat en 2001), Opium, Amazone (Prix Europe 1 en 2004)…, traduits dans de nombreux pays, notamment l’Italie où il est un best-seller.

 

Gardiies, André : « Les années de cendres »

Après de nombreuses années passées à l’étranger, Michel Valat achète sur adjudication une école désaffectée dans les Cévennes. Celle dont sa Mémé lui avait parlé, quand il était enfant, celle qui avait été la dernière affectation de sa mère, avant qu’elle ne décède en le mettant au monde. Aujourd’hui, dans le village déserté, il ne reste que le vieux Marius Roche à avoir connu l’institutrice. Véritable mémoire du pays, il accompagnera les premiers pas de Michel et il le guidera vers cette mère inconnue. Mais une découverte fortuite dans l’école la lui fera rencontrer plus intimement que le meilleur témoignage.

 

Gaudé, Laurent : « Les oliviers du Négus »

ANNE de FNAC Cergy : « Après Ouragan magistralement situé à la Nouvelle-Orléans, L. Gaudé cède de nouveau aux charmes de l'Italie, s'ancrant dans cette terre qui donne tant de force à ses romans. On y croise un vieil homme qui fit la campagne d'Abyssinie, un centurion romain, un soldat de 14-18 et un juge anti-mafia. »

 

Halter, Marek : « L’inconnue de Birobidjan »

Une héroïne de légende, un grand roman d'aventures, d'espionnage et d'amour dans la Russie de Staline. Juin 1950, Washington. Accusée d'assassinat et d'espionnage, Maria Apron risque la chaise électrique. Pour se défendre, elle n'a que sa beauté et ses souvenirs. Telle Schéhérazade, elle va raconter son histoire pour sauver sa tête. Maria Apron, de son vrai nom Marina Andreïeva Gousseïev, commence par une révélation fracassante : en octobre 1932, étoile montante du théâtre moscovite, elle se laisse séduire par Staline. Mais, ce soir-là, l'épouse du tyran se suicide, et Staline veut effacer tous les témoins. La vie pleine de promesses de Maria se mue en une fuite éperdue. Réfugiée au Birobidjan, le petit pays juif créé par Staline en Sibérie, Marina découvre l'incroyable vitalité du répertoire yiddish. Elle renoue avec le travail d'actrice, oublie la folie stalinienne et devient juive parmi les Juifs, alors que les nazis les massacrent partout en Occident. Puis elle tombe amoureuse. Il s'appelle Michael, il est médecin et américain. Marina croit enfin au bonheur. Mais qui peut échapper au maître du Kremlin ? Michael, accusé d'espionnage, est condamné au Goulag. Pour le tirer du camp où il doit mourir, Marina brave l'enfer sibérien. En Sibérie comme dans l'Amérique de McCarthy, Marina défie l'Histoire, avec pour seules armes l'amour d'un homme, la puissance du théâtre et la beauté d'une langue.

 

Jeury, Michel : « Les Beaux jours du Dr Nicolas »

En cette année 1886, le docteur Nicolas Martin s'apprête à prendre ses nouvelles fonctions dans un petit bourg du Limousin. Il vient de rentrer pauvre comme Job des colonies, où il a passé plus de dix ans, et a conclu une marché peu commun pour gagner sa vie : il récupérera la clientèle du vieux médecin décédé, ira loger chez sa veuve et, en échange, épousera la cadette des filles, Mlle Claudine, trentenaire avenante et fille-mère. Mais le mariage ne se fait pas ; le juge d'instruction devançant Nicolas et épousant Claudine. Nicolas se retrouve libre de conter fleurette à la belle boulangère ou à l'inquiétante châtelaine, Manon, trop jeune épouse d'un riche malotru. Bientôt, on retrouve un châtelain assassiné. Chacun soupçonne Manon, d'autant que les trois précédentes épouses du barbon sont mortes dans des conditions suspectes. Manon a-t-elle voulu sauver sa vie en tuant son mari ? Ou l'assassin serait-il Oscar, l'irascible ouvrier boulanger, ennemi juré du châtelain ? Les langues vont bon train, les pistes s'égarent... Nicolas qui, pour donner ses soins, va de ferme en ferme et recueille des informations, est victime d'une tentative d'assassinat. Décidé à faire la vérité sur toute l'affaire, il trouve une alliée imprévue : Lise, fille aînée de sa logeuse, folle ou, pour le moins, excentrique, et d'une extrême beauté. Entre les crimes et cette nouvelle compagne, Les Beaux Jours du docteur Nicolas se parent d'une tension qui n'est pas dénuée de charme.

 

Kessel, Joseph : « La passante du Sans-Souci »

L'histoire tragique d'une allemande réfugiée en France avec un jeune infirme qu'elle a pris sous son aile.Une femme tantôt attachante, touchante par sa fragilité, prête à tout pour sauver son mari, prête à se vendre, tantôt agaçante par son entêtement, son désespoir et parfois ses caprices. Il y a aussi Max, cet enfant infirme, cet enfant à l'enfance volée, touchant de maturité, d'intelligence et de pudeur. Il y a Michel, le mari prisonnier des camps et prisonnier de l'image de l'épouse qu'il croyait retrouver inchangée...Et puis il y a le spectateur de cette chute lente et inexorable dont on devine assez tristement la fin. Ce roman n'est pas très volumineux mais il est si riche de sentiments, d'émotions, de personnages si différents. Le tout est évoqué avec beaucoup de pudeur.

 

Lévy, Marc : « Toutes ces choses qu’on ne sait pas dites »

Un père, sa fille. Tout les sépare, tout les rapproche. Quelques jours avant son mariage, Julia reçoit un appel téléphonique du secrétaire particulier de son père : comme elle l'avait pressenti, Anthony Walsh, homme d'affaires brillant, mais père distant, ne pourra pas assister à la cérémonie. Mais pour une fois, Julia doit reconnaître qu'il a une excuse irréprochable : il est mort. Le lendemain de l'enterrement, Julia découvre que son père lui réserve une autre surprise. Le voyage le plus extraordinaire de sa vie... et peut-être l'occasion de se dire, enfin, toutes les choses qu'ils ne se sont pas dites.

 

Lorier, Roberto : « Pâni et le peuple sans frontières »

Cet ouvrage est un événement sociologique autant que littéraire. Pour la première fois un Tsigane se penche sur le passé de son peuple, avec le regard d'un romancier attentif à son histoire. Avec une ampleur qui projette d'embrasser tout son exode depuis son départ de l'Inde, dix siècles d'une longue marche qui l'a dispersé sur les cinq continents. Il s'agit d'aventures épiques dans l'Inde des maharadjas, autour de l'an mille, date de la première grande migration tsigane. Parce que c'est aussi l'époque de l'invasion musulmane par les troupes de Ghaznî, contre qui les intrépides rajputs, lointains ancêtres des Tsiganes, défendront chèrement leur liberté. La petite Pâni qui a connu des jours paisibles parmi les siens, dans la Tribu des Rivières, va se trouver bien malgré elle au centre de conflits destructeurs. Son paradis devenu un enfer où survivre tient du miracle lui donnera pourtant la possibilité de connaître d'autres cieux plus cléments mais pour un temps seulement...Le lecteur est véritablement transporté en Inde dans un campement de nomades et vivra en direct, aux côtés des personnages, leurs aventures. Non seulement il partagera leur quotidien mais il y participera. Comment ? On le découvre au fil des pages...Suspense, amour, émotions, tapissent des scènes grandioses. Un roman au thème apparemment très ciblé mais qui reste donc grand public : «J'ai voulu simplement faire un roman qui, je le souhaite, sera distrayant. Dans le climat actuel de rejet d'un peuple qui a tant souffert, il est bon de rappeler sa culture profonde. »

 

Révay, Thérésa : « L’autre rive du Bosphore » - Grands caractères -

Novembre 1918. Istanbul, la ville mythique, est soumise à l'occupation intraitable des Alliés, vainqueurs de la Grande Guerre. Sur les rives du Bosphore, entre Orient et Occident, des choix douloureux s'imposent. Leyla Hanım est la jeune épouse d'un secrétaire du sultan Mehmet VI. Sa belle-mère, une esclave circassienne affranchie du sérail impérial, l'oblige à respecter les coutumes ancestrales. Mais, lorsque leur demeure est réquisitionnée par un officier français et sa famille, cette vie bien ordonnée vole en éclats. De son côté, le capitaine de frégate Louis Gardelle ne résiste pas aux sulfureuses tentations de la cité cosmopolite où affluent les Russes blancs fuyant la révolution bolchevique. Pour les Turcs qui se refusent à la désintégration de leur pays, l'heure est à la résistance. Encouragée par son frère, Leyla s'engage dans la lutte malgré sa peur de l'inconnu et la position de son mari. Sa rencontre avec Hans Kästner, un archéologue de Berlin fidèle au général Mustafa Kemal, bouleverse son existence. L'Anatolie des rebelles devient alors le décor d'un amour interdit. À la lueur des révolutions et à l'aube d'un monde moderne, la Turquie nouvelle émerge des cendres ottomanes, tandis qu'une jeune femme découvre le goût parfois amer de l'indépendance et de la liberté.

 

Rufin, Jean-Christophe : « Sept histoires qui reviennent de loin »

« Un régal ! Sept histoires simples, sept situations qui peuvent arriver à n'importe qui, décrites avec des mots tout aussi simples mais qui disent l'essentiel avec brio et humilité. Analyse subtile de l'âme humaine dans ce qu'elle a de beau et de moins beau, J. C. Rufin ne m'a jamais déçue. » (Commentaire d’une internaute sur Fnac.com)

 

Salvayre, Lydie : « La déclaration »

Un premier roman d'une réelle vigueur, qui prouve que l'horreur, comme l'amour, se déclare : et que les mots ne laissent personne intact, ni qui les énonce, ni qui les reçoit.

 

Sinoué, Gilbert : « Inch’Allah »

Pour tenter d'expliquer l'enchaînement de circonstances qui a conduit aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l'auteur retrace l'histoire du Proche et du Moyen-Orient depuis 1916, à travers le regard de trois familles : palestinienne, égyptienne et irakienne. La saga mêle leurs destins aux bouleversements de l'histoire.

 

Stendhal : « La duchesse de Palliano » - Livre lu –

Palerme, le 22 juillet 1838.  « Je ne suis point naturaliste, je ne sais le grec que fort médiocrement ; mon principal but, en venant voyager en Sicile, n'a pas été d'observer les phénomènes de l'Etna, ni de jeter quelque clarté, pour moi ou pour les autres, sur tout ce que les vieux auteurs grecs ont dit de la Sicile. Je cherchais d'abord le plaisir des yeux, qui est grand en ce pays singulier. Il ressemble, dit-on, à l'Afrique ; mais ce qui, pour moi, est de toute certitude, c'est qu'il ne ressemble à l'Italie que par les passions dévorantes. C'est bien des Siciliens que l'on peut dire que le mot impossible n'existe pas pour eux dès qu'ils sont enflammés par l'amour ou la haine, et la haine, en ce beau pays, ne provient jamais d'un intérêt d'argent. »

 

Szalowski, Pierre : « Mais qu’est-ce que tu fais là, tout seul ? »

La veille de Noël, Martin Ladouceur, trente-six ans, ex-légende de la Ligue nationale de hockey, champion en perte de vitesse, retourne au Québec pour rejoindre son club d'origine, les " Canadiens de Montréal ". Mais tout a changé, le héros acclamé hier est aujourd'hui devenu la risée du hockey canadien. En cause, le passé tumultueux du joueur et ses penchants pour l'alcool et le sexe. Rejeté par tous, parents et amis, Martin doit se rendre à l'évidence : il va passer le réveillon tout seul dans le grand palace vide où son entraîneur lui a réservé une chambre. Avec pour seuls compagnons d'infortune, en cette nuit de Noël, un concierge aigri, un jeune portier timide, une femme de chambre et son fils de sept ans, " Ladouce " va contre toute attente peu à peu retrouver son humanité. Pierre Szalowski dresse un portrait mordant et haut en couleur de ses personnages pour faire de ce roman une comédie bouleversante. Une tendre histoire de père, dans la veine de son premier roman : Le froid modifie la trajectoire des poissons. « Il s'agit d'un roman émouvant avec une touche d'humour. Très belle histoire d'un joueur de Hockey qui se rend compte que sa vie ne lui convient pas et va faire une rencontre inattendue. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Taddéi, Jean-Marc : « Les coteaux de la haine »

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, François, ayant perdu tout à la fois son emploi et ses illusions, accepte, sur les conseils d'un camarade de régiment, de partir pour le sud de la France où le travail de la vigne et du vin sollicite des bras. Grâce à la famille de cet ami, il apprend le métier, fait l'acquisition d'un petit arpent qu'il défriche, qu'il plante, et, dans l'attente d'une vendange promise, va louer ses bras chez les autres. Bientôt, François découvre que la terre, le soleil et le travail ne sont pas les seuls garants de la réussite et que certains vignerons n'hésitent pas à se livrer à de sombres trafics. Tout en s'accrochant à sa terre et à l'amour qu'il éprouve pour Marie, la fille du facteur, il s'efforce d'en savoir plus et suit à la trace le curieux manège d'un camion-citerne. Dès lors, il devient un témoin gênant et les ennuis commencent. Le chemin qui conduit à sa vigne s'effondre et le mauvais sort s'acharne contre lui. Un jour, alors qu'il rentre chez lui... Jean-Marc Taddéi nous donne ici un roman haletant où le bon soleil de la Catalogne le partage avec l'ombre de certaines caves viticoles. A lire, bien sûr, sans modération !

 

Tesson, Sylvain : « Une vie à coucher dehors » - Grands caractères – Goncourt de la nouvelle

MATHIEU de FNAC Noisy-le-Grand :« Qu'est-ce que c'est bien les nouvelles ! Voyez le livre de S. Tesson. En un seul achat, vous avez la chance de vous plonger dans une multitude d'histoires plus passionnantes les unes que les autres. Par exemple, je suis sûr que vous ne vous êtes jamais mis dans la peau d'un cochon. »

 

Troyat, Henri : « Le pas du juge »

Pour beaucoup, André Chénier demeure l'une des victimes les plus attachantes mais aussi les plus symboliques de la Terreur. Le destin de ce jeune poète mort pour avoir cru jusqu'au bout, à l'heure même où régnaient dictature et répression sanglante, à cet idéal de liberté, de conscience et d'expression, ayant guidé les premiers élans révolutionnaires, a en effet de quoi susciter la réflexion en même temps que l'émotion. Le martyre d'André Chénier, guillotiné en 1794 - deux jours avant la chute de Robespierre, qui aurait pu le sauver - pour s'être opposé par ses écrits aux excès de la Convention, se double d'un drame familial lourd de sens. Son jeune frère Marie-Joseph Chénier, qui a partagé son enthousiasme pour la philosophie des Lumières, est devenu un jacobin fanatique, membre de la Convention, et il restera indifférent au sort tragique de son aîné.

Romancier puissant et historien méticuleux, Henri Troyat a su utiliser ces matériaux hors pair pour nous donner une magistrale reconstitution d'une époque où les passions politiques déchaînées venaient souvent faire oublier toute humanité, déchirant la société, écartelant les familles et broyant les êtres.

 

Van Cauwelaert, Didier : « Le journal intime d’un arbre »

« Tristan, fruitier de 300 ans, gît à terre après un coup de vent, et révèle trois siècles d’histoire et d’Histoire. À la fois grave et légère, empreinte de poésie et d’espoir, cette aventure végétale dessine le portrait d’une humanité sur le point de perdre la sienne. » Marie Rogatien, Le Figaro magazine. AURELIE de FNAC Nice : « Et quel arbre ! Un beau poirier de 300 ans qui, en mourant, va bouleverser la vie des personnes qui gravitaient autour de lui. Ce narrateur un peu spécial va nous emmener au cœur de belles histoires d'amour, d'amitié mais aussi de l'Histoire avec un grand H. On sort de ce livre plus sensible au monde qui nous entoure. »

 

Vilaine, Laurence : « Le silence ne sera qu’un souvenir »

Le vieux Mikluš se déciderait-il à parler ? Rongé par le remords d'avoir gardé le silence, il s'en remet à un journaliste venu à l'occasion des vingt ans de la chute du Mur de Berlin, et raconte les siens, cette communauté rom installée sur une rive slovaque du Danube.Dilino est le souffre-douleur de la bande, parce qu'il est différent avec son air de gadjo. Il ignore qui est cette femme qui s'occupe parfois de lui. «La Vieille» s'appelait Chnepki et avait une voix d'ange. Elle fut brisée en plein vol un matin de 1942 et réduite au silence des années durant. Jusqu'au jour où apparut Lubko, le sculpteur de marionnettes qui jouait du violon comme un Tsigane.

 

Xenakis, Françoise : « J’aurais dû épouser Marcel » - Grands caractères -

Françoise Xenakis est née en 1930 en Sologne, la sombre Sologne des étangs, des brouillards et des jeteuses de sorts. Le temps venu, elle est allée fouiller dans ses éclats de souvenirs et raconte ces étranges femmes que l'on appelait dans son village les «veuves blanches». C'étaient, pour la plupart, d'anciennes gamines de l'Assistance publique, débarquées un beau jour d'un car bringuebalant et placées dans les fermes. Les gars, eux, devenaient charretiers, les filles vachères, et, aussi perdus les uns que les autres, ils se mettaient le plus souvent «à la colle». En 1914, les garçons furent mobilisés et il n'en revint pratiquement pas. On ne les déclara même pas morts au champ d'honneur, mais disparus. Que faire de ces jeunes femmes seules au village ? On les logea dans un minuscule lotissement bâti pour l'occasion et la République leur octroya une modeste pension. En échange de quoi, une loi non dite exigeait d'elles une chasteté absolue, l'entretien de l'église et des tombes à l'abandon. On retrouve dans ces histoires la truculence, la drôlerie, le culot de Françoise Xenakis, et son immense tendresse pour les perdants. « L'auteure utilise un ton léger mais parsemé d'une touche ironique et caustique. Les us et coutumes de la Sologne, la modernisation des années 60 symbolisée par la vente d'une magnifique table en chêne contre une cuisine en formica, les « cancans » et autres joyeusetés des commères. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 09:15

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur N°81

Nouvelles acquisitions 

Février 2015


ROMANS

 


Bell,David : « Un lieu secret »  - Roman policier -

"Pendant des années, Janet pensait avoir vu tout ça, pensait s'en souvenir. Le jeune Noir aux cheveux crépus et aux vêtements sales qui portait son frère sur ses épaules. La tête blonde de Justin dressée haut dans le ciel, presque aussi haut que le sommet de la balançoire. Justin qui paradait comme un champion. Qui tombait dans le piège de cet homme. Avant de se faire enlever. Mais elle ne s'en souvient pas vraiment, si ?" Janet avait sept ans quand son petit frère a été enlevé et tué dans le parc municipal de Dove Point, Ohio. Vingt-cinq ans plus tard, alors que le meurtrier de Justin, Dante Rogers, clame toujours son innocence, Janet en vient à douter de la version des faits qu'elle a donnée à l'époque. Les propres doutes dont lui fait part son ami Michael, présent sur les lieux au moment du drame et revenu depuis peu en ville, ne font qu'ajouter à sa confusion. Quand une journaliste pointe les nombreuses failles de l'enquête menée un quart de siècle plus tôt, la police décide de rouvrir le dossier. Rogers ne faisait-il pas finalement un coupable idéal ? Et si ce n'est pas lui qui a tué Justin, alors qui ? Après le remarquable Fleur de cimetière, David Bell signe un polar subtil sur cette Amérique où la couleur de peau reste un élément à charge.

 

 

Boyden, Joseph : « Dans le grand cercle du monde » - Prix Littérature – Monde étranger 2014.

Ce roman a fait évènement au Canada où il a été salué par la presse comme un chef-d’œuvre et considéré comme l’un des meilleurs livres de 2013. C’est un roman époustouflant, palpitant, dont on tourne les pages sans même s’en rendre compte, et qui entraîne le lecteur dans le Canada du XVIIe siècle pour un voyage inoubliable. Un jeune jésuite français est venu avec d’autres en Nouvelle-France évangéliser les Indiens. Il n’est là que depuis un an quand ses guides l’abandonnent et le laissent à la merci des Iroquois lancés à leurs trousses. Ainsi commence pour le jeune homme une odyssée incroyable où très vite les Hurons le font prisonnier à leur tour ainsi qu’une jeune captive iroquoise à la personnalité mystérieuse. Leur ravisseur, un grand guerrier qui a perdu toute sa famille, sait qu’un grand et nouveau danger menace son peuple. Ce roman épique, qui restitue l’atmosphère des premiers contacts entre Indiens et Blancs en Amérique du Nord, est enraciné tout à la fois dans la beauté naturelle et la brutalité de la colonisation de ce continent. Les trois personnages principaux dont les voix tissent l’écheveau de cette fresque saisissante nous entraînent dans un monde où se côtoient la guerre et l’espoir, la méfiance et la concorde, la destruction et la vie, la haine et l’amour. C’est à un vrai voyage dans le temps que nous invite Joseph Boyden dans ce livre fort, inoubliable, incroyablement dépaysant et émouvant, qui réussit le tour de force d’être d’une incroyable modernité. En quelques livres, Joseph Boyden est devenu l’un des grands noms de la littérature canadienne contemporaine. Traduit en près de vingt langues, couronné par plusieurs grands prix littéraires, il a publié deux romans, Le chemin des âmes et Les saisons de la solitude, et un recueil de nouvelles, Là-haut vers le nord.

 

 

Josse,Gaelle : « Le dernier gardien d’Ellis Island »

New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l'épouse aimée, et Nella, l'immigrante sarde porteuse d'un étrange passé. Un moment de vérité où il fait l'expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d'événements tragiques. Même s'il sait que l'homme n'est pas maître de son destin, il tente d'en saisir le sens jusqu'au vertige. A travers ce récit résonne une histoire d'exil, de transgression, de passion amoureuse d'un homme face à ses choix les plus terribles. « Gaëlle Josse nous livre ici le récit d'un homme, récit d'une très grande force et d'une hyper sensibilité, en nous immergeant au cœur de la réalité de ces millions d'immigrants qui sont passés à Ellis Island, chassés par la misère ou les persécutions, à la poursuite de leur rêve américain. Peu à peu se dessinent des visages, des destins singuliers, uniques. John Mitchell, le dernier gardien, va se trouver confronté à la passion, à l'interdit, au remords. Au soir de sa vie, il raconte. L'auteur peint avec une rare justesse la complexité des vies, des choix, des contradictions, des passions humaines, belles et terribles. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

 

Mankell, Henning : « Une main encombrante » - Roman policier -

« Alors qu'il prépare sa prochaine retraite, le commissaire Wallander découvre des squelettes dans le jardin d'une ferme qu'il s'apprête à acheter. Cette nouvelle enquête le mettra aux prises avec des évènements nauséabonds datant de la Seconde Guerre Mondiale et des personnages rattrapés par leur propre histoire. Dans sa postface, Henning Mankell informe le lecteur qu'"Une main encombrante" est la dernière enquête du fameux commissaire. On le regrette vivement ! D'autant que ce dernier opus est un bijou. Grâce à l'enquête elle-même, dont on suit les différentes phases avec un intérêt croissant. Grâce aussi - et surtout - au portrait très réussi que l'auteur dresse de son héros fatigué ("je voudrais me mettre en congé de moi-même, de cette pesanteur que je traîne et qui me mine"), désireux de commencer une autre vie, mais finalement incapable de franchir le cap ("il était trop tard dans sa vie pour les grandes ruptures.") Avec "Une main encombrante", Mankell clôt avec brio son "roman de l'inquiétude suédoise". Bravo. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

 

Menegoz, Mathias : « Karpathia » - Prix Interallié 2014 -

En 1833, à la suite d'un duel, le capitaine hongrois Alexander Korvanyi quitte brutalement l'armée impériale pour épouser une jeune autrichienne, Cara von Amprecht. Avec elle il rejoint, aux confins de l'Empire, les terres de ses ancêtres. La Transylvanie de 1833 est une mosaïque complexe, peuplée de Magyars, de Saxons et de Valaques. D'un village à l'autre, on parle hongrois, allemand ou roumain ; on pratique différentes religions, on est soumis à des juridictions différentes. Le régime féodal y est toujours en vigueur et les crimes anciens sont parés de vertus nouvelles. La région est une poudrière où fermentent les injustices, les vieilles haines, les trafics clandestins, les légendes malléables et les rêves nouveaux. A leur arrivée, Alexander et Cara sont immédiatement confrontés à une série de crises allant bien au-delà de la gestion d'un vaste domaine longtemps abandonné aux intendants. Avec leurs ambitions et leur caractère, ils atteindront les frontières incertaines de la puissance et du crime. « Ici nous ne sommes pas dans le nombrilisme et l'observation réductrice du monde qui caractérise le plus souvent la littérature française contemporaine. Non il s'agit là d'une sorte d'épopée, classique avec son univers foisonnant de personnages et d'intrigues. Nous sommes dans l'actuelle Roumanie, aux confins du vaste empire des Habsbourg autour de 1830. Un jeune comte hongrois vient de la lointaine Vienne prendre possession de ses domaines avec sa toute jeune épouse. Ces ancêtres n'y avaient pas remis les pieds depuis 50 ans se contentant de toucher les dividendes à distance, en raison d'une sanglante révolte de serfs valaques autour de 1780 qui avaient mis la propriété à feu et à sang. Le couple dès son arrivée est observé de près par la population locale, les domestiques... et des faits inquiétants surgissent qui mettent à mal les nerfs de nos tourtereaux. Magnifique écriture, fluidité du discours, atmosphères parfaitement rendues à quoi s'ajoute une très bonne connaissance par l'auteur de la situation politique et géographique des lieux décrits. Superbe roman. Un des 2 ou 3 meilleurs livres de cette rentrée d'automne 2014. » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

 

Salvayre, Lydie : « Pas pleurer » - Prix Goncourt 2014 –

Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Georges Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les nationaux avec la bénédiction de l’Église catholique contre les « mauvais pauvres ». Son pamphlet, Les Grands Cimetières sous la lune, fera bientôt scandale. Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui, soixante-quinze ans après les événements, a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours radieux de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, jours que l’adolescente qu’elle était vécut avec candeur et allégresse dans son village de haute Catalogne. Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent, comme enchantées par l’art romanesque de Lydie Salvayre, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, portées par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.  « Livre d'une grande dignité, hymne à la mémoire des disparus, retraçant la marque douloureuse, cruelle, de l'Histoire dans la vie intime des gens, d'une mère. Un vaccin contre les dictatures, contre l'intolérance ... » (Commentaire d’un internaute sur Fnac)

 

 

SOCIETE    (code Dewey 300)

 

 

Al Hosseini, Waleed : « Blasphémateur ! ». Les prisons d’Allah.

A 25 ans, Waleed Al-Husseini est un homme libre, et cette liberté, il en a payé le prix. En 2010, il est le premier Palestinien d’origine musulmane incarcéré en Cisjordanie pour avoir rejeté l’Islam. Sur internet, seul espace de liberté, l’adolescent dénonçait les ressorts rétrogrades, violents et misogynes des textes coraniques et la pratique des religieux. Mais on ne quitte pas l’Islam. L’autorité palestinienne, qui se déclare pourtant laïque, en fait son ennemi public numéro un et l’arrête pour outrage à la religion. Commence alors un long et douloureux séjour dans les prisons palestiniennes, où il subit des tortures psychologiques et physiques. Il parviendra finalement à en sortir grâce à des soutiens internationaux, et trouvera asile en France.  « Témoignage poignant, Blasphémateur ! Offre le regard inédit d'un citoyen palestinien sur son propre Etat, paralysé selon lui par les conflits internes, la collusion des pouvoirs, la prégnance du religieux. C'est aussi le plaidoyer enflammé d'un homme déterminé à se battre pour la liberté de penser. Témoignage poignant, »(Frédéric de Fnac Paris – Ternes-)

 

 

Aubenas, Florence : « En France »

Depuis son arrivée au Monde comme grand reporter, Florence Aubenas continue d'explorer la "France d'en bas". Loin des beaux quartiers, elle arpente les plages du sud-est, les banlieues ou les villes du Nord, à la recherche d'un peuple de plus en plus délaissé par le monde politico-médiatique. En France réunit la majeure partie de ces reportages. Fidèle à l'esprit qui animait Le quai de Ouistreham, ce livre s'attache avant tout à capter l'humain, en restituant un certain "ton" - tantôt gouailleur, tantôt désabusé ou parfois même révolté - qui est celui des interlocuteurs de Florence Aubenas, avec qui elle a su nouer une vraie complicité. C'est alors seulement que se dévoile son vrai propos, qui est de nature essentiellement politique, au sens noble du terme. Chômeurs, parents d'élèves, jeunes filles de banlieue, électeurs de gauche ou du Front national, ils dessinent l'un des visages possibles de la France de demain.

 

 

HISTOIRE

 


Ferrand, Franck : « François Ier, roi des chimères »

Au XXIe siècle, François Ier apparaît comme le père de la Renaissance française, l’ami de Léonard de Vinci, le bâtisseur de Chambord et de Fontainebleau, le vainqueur de Marignan, l’allié de Soliman contre l’ennemi juré du royaume, Charles Quint. Mais ces traits saillants ne sont-ils pas l’arbre qui cache une forêt bien plus complexe ? Dans cet essai biographique d’un genre nouveau, Franck Ferrand dépasse l’image d’Épinal et nous dépeint ce roi sous les traits d’un personnage moins brillant qu’on ne le prétend. Car le géant débonnaire a connu des triomphes mais aussi des défaites ? Et ce jusqu’à la captivité. François Ier, héros tourmenté, subit la trahison de son cousin, adora sa sœur et détesta son héritier, frôla plusieurs fois la mort, multiplia les conquêtes amoureuses, vit mourir ses fils aimés? Un homme qui vécut entre une jeunesse de rêve et une vieillesse de cauchemar, torturé par une maladie atroce. L’historien va plus loin : et si François Ier n’avait pas été un si bon roi ? Louis XII disait de son successeur : « Ce gros garçon gâtera tout. » L’histoire, pour peu qu’on la regarde objectivement, semble lui avoir donné raison. Longtemps dominé par sa mère, manipulé par sa maîtresse, François se laissa aveugler par son amour de l’Italie et par sa haine de l’Empereur. Jouet des factions, facile à duper, le soi-disant « restaurateur des Lettres » instaura la censure et lutta contre l’imprimerie ; il finit même par allumer les bûchers d’où partiront les guerres de religion ! Sous une plume érudite et alerte, voici un portrait contrasté, doublé d’une analyse implacable.

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 12:13

COMPTE   RENDU   SOMMAIRE  

DE   LA   SEANCE  DU   CONSEIL   MUNICIPAL   

DU 1er DECEMBRE  2014

 

Le lundi 1er décembre   2014 à 20 h30, à PUGET SUR DURANCE, le Conseil Municipal de la commune, convoqué le 28 octobre 2014, s’est réuni en salle du Conseil Municipal, sous la présidence de Monsieur Alain Sage, le Maire.

 

Etaient  présents : Alain SAGE, le Maire, Danielle FAIDY, Alain BLANCHETON, André CAPANNI, Jean-Daniel  DUVAL,  Adjoints

Mesdames Suzanne BOUCHET, Christine CHARBONNIER, Michèle MOULINET, Cathy PROST

 

Absent(e)s excusé(e)s : Christelle FERNANDEZ,  Jean-Claude AOUSTIN, Gilbert GUERIN, Sylvain MEYSSARD, Jean-Marie SCANO

 

Absent(e)s :  Nathalie CLAUSELLS,

 

Secrétaire de séance : Danielle FAIDY

                                                                                                                                            

Le quorum étant atteint, Monsieur le Maire ouvre la séance à 20 h 30.

 

Approbation du dernier Conseil Municipal, Monsieur le Maire aborde l’ordre du jour comme suit :

 

Ÿ Commission Finances :

 

Madame Suzanne BOUCHET, Vice-présidente de la commission Finances,  a réuni les membres de la commission le lundi 24 novembre à 19 h 00. La section de fonctionnement présentera au moins un équilibre entre les dépenses et les recettes. Les postes eau, électricité, assurance et charges du Personnel présentent un solde déficitaire. Quant à la section Investissement, nous sommes en attente des subventions du Conseil Général pour la contractualisation 2013 (solde) et une avance pour 2014.

Un tableau de bord des investissements 2015 sera établi pour valider les dépenses d’investissement. Le Conseil Général nous a adressé un courrier pour nous informer que la contractualisation 2015 pourra être attribuée en fonction des investissements sollicités. Il est proposé de changer le lave-vaisselle de la cantine devenu vétuste et non

A noter que l’état annonce une baisse de la Dotation forfaire (DGF des collectivités) d’environ 10 %.  

 

Ÿ Décision Modificative n° 4                                                                                   (Délibération n°)

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

 

A l’unanimité des membres présents,

 

 

Ÿ DECIDE de procéder au vote de virements de crédits suivants, sur le budget 2014 :

 

CREDITS A OUVRIR

Chapitre

Article

Opération

Nature

Montant

012

64168

 

Personnel CEC

5 545,00

TOTAL

5 545,00

 

CREDITS A DEDUIRE

Chapitre

Article

Opération

Nature

Montant

022

022

 

Dépenses imprévues

5 545,00

TOTAL

5 545,00

 

Ÿ Convention Obsèques Capital Décès                                                                            

Madame Aïda VINEL, domiciliée à Puget sur Durance, 155 chemin du Font Puden souhaite modifier les bénéficiaires indiqués sur son contrat « Convention Obsèques ».  En effet, Madame Aïda VINEL, désire mettre comme bénéficiaire la mairie de Puget sur Durance (Vaucluse). En effet, elle souhaite que la mairie de Puget organise ses obsèques, informe « administrativement » tous les organismes auprès desquels un contrat a été souscrit, et reverse à sa sœur, Madame Lina SINNO épouse KHATIB le solde du capital décès si  ce dernier n’a pas été utilisé dans sa totalité.

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

A l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ ACCEPTE d’être bénéficiaire du capital décès d’un montant de 6 000 € provenant de la  convention obsèques que Madame Aïda VINEL a signée  avec la société AVIVA VIE,

Ÿ  S’ENGAGE  à  prévenir Maître BOUCHET, Notaire à Lauris (Vaucluse) en charge de la succession de Madame Aïda VINEL,

Ÿ S’ENGAGE  à organiser les obsèques de Madame Aïda VINEL après son décès selon les rites musulmans, à régler l’entreprise des pompes funèbres, ainsi que la dalle funéraire et le religieux  dès réception du capital décès versé par AVIVA VIE dans le cadre de la Convention Obsèques,

Ÿ S’ENGAGE à reverser le solde du capital décès, s’il y a,  à sa sœur Lina SINNO épouse KHATIB, ou à défaut tout autre héritier désigné par la défunte.

Ÿ DEMANDE à Madame Aïda VINEL de lui transmettre une copie de l’avenant du contrat confirmant la modification apportée à son contrat suite à sa demande de changement de bénéficiaires auprès de AVIVA VIE.

 

Ÿ Attribution du logement communal

Monsieur le Maire propose de mettre en place une commission pour l’attribution de l’appartement à louer. Il rappelle que le loyer est de 550,00 €. Monsieur le Maire fait appel à candidatures. La commission devra déterminer les critères d’attribution avant de recevoir les familles intéressées par cet appartement.

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

A l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ ACCEPTE les candidatures de  Messieurs Alain SAGE, Alain BLANCHETON, Mesdames Danielle FAIDY, Michèle MOULINET et Cathy PROST.

 

 

 

 

 

Ÿ Création Poste – Contrat aidé

 

Monsieur  le Maire explique que pour pallier la surcharge de travail de plus en plus importante au secrétariat de mairie, il serait opportun de créer un poste d’Adjoint Administratif sous contrat aidé CAE à compter du 1er janvier 2015 pour une durée d’un an. Les  crédits nécessaires seront à prévoir au budget 2015, chapitre budgétaire 012. Monsieur le Maire propose aux membres du Conseil Municipal de créer un poste d’ »Adjoint Administratif » sous contrat aidé CAE

 

Le Conseil Municipal, le maire entendu, après en avoir délibéré, à  l’unanimité des membres présents,

 

Ÿ DECIDE de créer un poste d’Adjoint Administratif sous contrat aidé (CAE) et de mettre à jour le tableau des emplois (Annexe 1).

Ÿ PREVOIT d’ouvrir les crédits nécessaires au budget 2015, chapitre 012.

Ÿ DONNE pouvoir  à Monsieur le Maire de signer les contrats aidés et de les reconduire en fonction des besoins communaux.

 

Ÿ Demande d’adhésion de la commune de Peipin au SMAVD

 

Après lecture de la demande d’adhésion de la commune de Peipin au SMAVD qui a décidé de solliciter son adhésion au SMAVD par délibération du 26 août 2014,

 

Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire entendu, après en avoir délibéré,

A l’unanimité des membres présents,

 

 Ÿ SE PRONONCE favorablement à la demande d’adhésion de la commune e Peipin au SMAVD.

 

Ÿ Droit de préemption - chemin privé des Beaumes Relenques

 

Monsieur le Maire explique avoir reçu une Déclaration d’intention d’aliéner pour la cession d’une partie du chemin privé des Beaumes Relenques, issu de la parcelle  section C  n° 2062 pour l’euro symbolique.

 

 

Dressé le 07 décembre  deux mille quatorze  pour être affiché à la porte de la Mairie.

 

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Conseil municipal
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 12:12

COMPTE   RENDU   SOMMAIRE  

DE   LA   SEANCE  DU   CONSEIL   MUNICIPAL   

DU 03 NOVEMBRE  2014

 

 

Le lundi 03 novembre  2014 à 20 h30, à PUGET SUR DURANCE, le Conseil Municipal de la commune, convoqué le 28 octobre 2014, s’est réuni en salle du Conseil Municipal, sous la présidence de Monsieur Alain Sage, le Maire.

 

Etaient  présents : Alain SAGE, le Maire, Danielle FAIDY, Alain BLANCHETON, André CAPANNI, Jean-Daniel  DUVAL,  Adjoints

Mesdames Suzanne BOUCHET, Christelle FERNANDEZ, Michèle MOULINET, Cathy PROST, Messieurs  Gilbert GUERIN, Sylvain MEYSSARD

 

Absent(e)s excusé(e)s : Christine CHARBONNIER, Jean-Claude AOUSTIN

 

Absent(e)s :  Nathalie CLAUSELLS, Jean-Marie SCANO

 

Secrétaire de séance : Madame Christelle FERNANDEZ

 

                                                                                                                                            

Le quorum étant atteint, Monsieur le Maire ouvre la séance à 20 h 30.

 

Approbation du dernier Conseil Municipal, Monsieur le Maire aborde l’ordre du jour comme suit :

 

Ÿ Présentation du  Projet de réseau foncier agricole par le Parc Naturel du Luberon, la SAFER, et le Conseil Général

 

Madame Mylène MAUREL, chargé de mission Agriculture et Tourisme du Parc Naturel Régional du Luberon a présenté au Conseil Municipal le projet de réseau foncier en partenariat avec la SAFER, le Conseil Général de Vaucluse et la GIE Terres et Territoires. Etaient présents Madame Véronique ALMERAS (Conseil Général), Messieurs Fabrice TREPCAPDEVILLE (Directeur Vaucluse de la SAFER) et Philippe ROLLET (GIE Terres et Territoires/Prestataire choisi par le Parc pour faire les diagnostics).

 

Les objectifs sont de maintenir l’activité agricole et préserver le foncier agricole sur le territoire du PNR Luberon en confortant les exploitations en place, en favorisant les transmissions d’exploitation et les installations, en préservant le foncier agricole. Madame MAUREL rappelle un extrait de la charte du Parc, « Objectif C.1.1 : Soutenir les initiatives et les actions en faveur de l’installation de nouveaux agriculteurs et veiller à la sauvegarde de la vocation agricole et pastorale des terres.. ».

 

A priori, la mise en place de ce réseau foncier agricole sur le territoire semble nécessaire en raison de plusieurs facteurs tels que la disparition rapide du nombre d’exploitations, un vieillissement de la

 

 

 

 

population agricole et de faibles perspectives de succession bien que les ilots fonciers soient structurés et  irrigués sur la commune de Puget.

 

Il s’agit, dans un premier temps, d’une étude pré-opérationnelle qui lance une démarche de protection de la zone agricole. Une consultation  avec les exploitants agricoles  sera indispensable pour établir un diagnostic réel. La liste des exploitants de la commune devra être communiquée à Monsieur Philippe ROLLET (en charge des diagnostics) par le secrétariat de la mairie le plus rapidement possible.

 

Ces diagnostics seront  présentés au Conseil Municipal lors de sa séance du 05 janvier 2015 à laquelle seront invités les exploitants.

 

Ÿ Taxe d’aménagement                                                                                           (Délibération n° 45)

Monsieur le Maire rappelle que la délibération prise le 14 novembre  2011 pour instaurer la taxe d’aménagement a fixé une date de validité de trois ans, soit jusqu’au 31 décembre 2014.

Pour que le taux adopté s’applique au-delà de cette date, il convient qu’une nouvelle délibération soit prise. En l’absence d’une délibération, le taux de 1% s’appliquerait d’office au 1er janvier 2015.

A l’unanimité des membres présents, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

-  Décide de reconduire la délibération du 14 novembre 2011 d’année en année sauf renonciation expresse.

 

Ÿ Dossier « Téléphonie »                                                                                        (délibération n° 46)

Suzanne BOUCHET en charge du dossier, a consulté les  sociétés TCS, Orange, Cloud Telecoms, et @FIRMS. Les offres reçues (TCS et @FIRMS) sont présentées  au Conseil Municipal.

L’offre retenue est celle de la Société TCS, présentant une diminution de coût 23 %/an par rapport à notre opérateur actuel « Orange ».

A l’unanimité des membres présents, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

-  Autorise Monsieur le Maire à signer les documents nécessaires pour le changement d’opérateur avec la société TCS

 

Ÿ Commission Finances

Madame Suzanne BOUCHET, Vice-présidente de la commission Finances,  souhaite réunir les membres de la commission (Alain BLANCHETON, Jean-Daniel DUVAL et Jean-Marie SCANO) afin de faire un point financier pour l’année en cours et préparer le budget 2015. Elle invite tous les élus à remettre à la commission leur projet chiffré  pour l’année 2015 afin d’établir un tableau de bord « Budget 2015 ». La commission se réunira le lundi 24 novembre à 18 h 00.

 

Ÿ Accueil des nouveaux habitants

Monsieur le Maire a demandé à Suzanne BOUCHET d’organiser un « accueil » pour les nouveaux habitants. Cet « accueil »  devra être organisé un vendredi soir à partir de 18h30/19h00, dans la salle des fêtes, en présence des différents acteurs de la commune (CCAS, associations, Directrice de l’école communale, Directrice du ALSH…). Une invitation aux nouveaux habitants devra être envoyée au plus tard 10 jours avant la date. Pour la première cérémonie, une invitation sera adressée à tous les administrés s’étant établis sur la commune depuis 2010 (5 dernières années).

 

Dressé le 04 novembre  deux mille quatorze  pour être affiché à la porte de la Mairie.

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Conseil municipal
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 12:09

 

COMPTE   RENDU   SOMMAIRE  

DE   LA   SEANCE  DU   CONSEIL   MUNICIPAL   

DU 06 OCTOBRE 2014

 

 

 

Le lundi 06 octobre 2014 à 20 h30, à PUGET SUR DURANCE, le Conseil Municipal de la commune, convoqué le 02 octobre 2014, s’est réuni en salle du Conseil Municipal, sous la présidence de Monsieur Alain Sage, le Maire.

 

Etaient  présents : Alain SAGE, le Maire, Danielle FAIDY, Alain BLANCHETON, André CAPANNI, Jean-Daniel  DUVAL,  Adjoints

Mesdames    Christine CHARBONNIER, Christelle FERNANDEZ, Michèle MOULINET, Messieurs Jean-Claude AOUSTIN, Sylvain MEYSSARD, Jean-Marie SCANO

 

Absent(e)s excusées : Mesdames Suzanne BOUCHET, Cathy PROST et Monsieur Gilbert GUERIN

 

Absent(e)s :  Nathalie CLAUSELLS

 

Secrétaire de séance : Madame Christelle FERNANDEZ

 

                                                                                                                                            

Le quorum étant atteint, Monsieur le Maire ouvre la séance à 20 h 30.

 

Approbation du dernier Conseil Municipal, Monsieur le Maire aborde l’ordre du jour comme suit :

 

 

Ÿ Etanchéité du toit de l’école : Procédure « garanties légales »

 

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal avoir constaté une dégradation importante du bardage de l’école. Après vérification sur site,  un problème d’étanchéité et d’écoulement de l’eau situé sur le préau de l’entrée a été constaté. L’eau de pluie au lieu de s’écouler dans la gouttière passe sous la couvertine de la gouttière et le solin. Des photos ont été prises et envoyées à Monsieur ESPADA, Architecte. Un courrier de constat de désordres a été adressé par la commune à la société ASTEN lui demandant de constater et remédier à ces désordres dans le cadre des garanties légales « Dommages Ouvrage ».

 

Ÿ Contrôle de la qualité de l’ air dans les écoles  

 

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal que le  du Décret n° 2011-1728 du 2 décembre 2011 relatif à la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant du public prévoit, la mise en œuvre de cette surveillance  sera progressive et s’articulera autour de quatre échéances :

 

 

Ÿ Avant le 1er janvier 2015 pour les établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de six ans et les écoles maternelles,

Ÿ Avant le 1er janvier 2018 pour les écoles élémentaires,

Ÿ Avant le 1er janvier 2020 pour les accueils de loisirs et les établissements d’enseignement ou de formation professionnelle du second degré

Ÿ Avant le 1er janvier 2023 pour les autres établissements (hôpitaux, maisons de retraite, piscines…).

 

Monsieur le Maire précise au Conseil Municipal que la municipalité est en attente de retour d’offres commerciales après avoir consulté les sociétés APAVE, DEKRA INDUSTRIAL, SOCOTEC et VERITAS.

 

Ÿ Recensement de la population 2015                                                      (délibération n° 041)

 

L’Insee par courrier en date du 05 mai 2014 nous informe que la commune devra réaliser du 15 janvier au 14 février 2015 le recensement des habitants.  Pour réaliser l’enquête de recensement, la commune aura à mettre en œuvre des moyens humains, matériels et financiers, comme suit :

-          Moyens humains :

Ÿ Un coordonnateur communal devra être nommé,

Ÿ Deux agents recenseurs seront nécessaires pour réaliser ce recensement.

-          Moyens matériels :

La commune devra mettre en place des moyens matériels pour assurer le bon déroulement de la collecte et le respect de la confidentialité des données collectées (zone de stockage, locaux sécurisés, équipement informatique). La commune accompagnera par une information de proximité la campagne nationale d’information pilotée par l’Insee.

-          Moyens financiers :

La commune aura à inscrire à son budget 2015 l’ensemble des dépenses spécifiques liées à l’enquête de recensement et, en recettes, la dotation forfaitaire de recensement. La plus importante de ces dépenses concernera la rémunération des agents recenseurs. La dotation est calculée en fonction des populations légales en vigueur au 1er janvier 2014 et du nombre de logements publiées en juillet 2014. Son montant  sera communiqué par l’Insee au plus tard courant octobre.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents,

-          Autorise Monsieur Le Maire à organiser le recensement de la population,

-          Désigne Mesdames Nathalie BOES, Adjoint Administratif de la commune, en qualité de coordonnateur communal et d’agent recenseur, et Emmanuelle DEBARRE,  Adjoint Administratif de la commune en qualité d’agent recenseur,

-          Décide d’inscrire au budget primitif 2015 les dépense et recette liées à ce recensement.

 

Ÿ Adhésion à l’ Association des Maires Ruraux de France (AMRF)                     (délibétation n° 042)

 

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal qu’il serait opportun que la commune adhère à l’Association  des Maires Ruraux de France (AMRF). Cette association informe et représente les maires des communes de moins de 3500 habitants. Contrairement à l’Association des Maires de France, elle défend et promeut  les enjeux spécifiques de la ruralité. L’adhésion annuelle est de 75 euros.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents,

-          Autorise  Monsieur le Maire à signer les documents nécessaires pour l’adhésion   à l’Association des Maires Ruraux de France,

 

 

 

 

-          Décide de prendre en charge la dépense de cette adhésion dans son budget 2014,  et d’inscrire au Budget 2015, la cotisation annuelle de  l’Association des Maires Ruraux de France.

 

Ÿ Travaux de renforcement de la canalisation du Centre village, la Loubatière

Les travaux sont en cours. Une réunion de chantier est organisée chaque semaine. Une coupure d’eau est à prévoir le mercredi 08 octobre 2014.

 

Ÿ Questions diverses

Demande de construction d’un mur antibruit                                                                      (délibération n° 043)

Monsieur le Maire donne lecture au Conseil Municipal du courrier de Monsieur MUEL reçu en mairie le 20 septembre dernier, qui souhaite une autorisation pour fixer un mur antibruit sur le « mur communal en pierres »  qui soutient la route communale C12,  pour pallier le problème de nuisances sonores.

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité des membres présents,

 

-          Dit que Monsieur MUEL doit se conformer au règlement du PLU concernant les hauteurs des clôtures en limite séparative,

-          Demande que Monsieur MUEL fasse parvenir à la mairie une solution en termes de choix technique, matériaux et emplacement de ce dernier proposée par un bureau d’études compétent en la matière,

 

 

Dressé le 11 octobre deux mille quatorze  pour être affiché à la porte de la Mairie.     

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Conseil municipal
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 15:29

    Bonjour,

A la suite du message (ci-dessous), du Service Santé et Protection animales de la Direction Départementale 

de la protection des populations de Vaucluse, nous prions les détenteurs d’oiseaux de la commune de bien vouloir venir en faire la déclaration en Mairie.

Vous remerciant de votre compréhension.

Bien cordialement.

Le secrétariat de Mairie.

 


 

 

     Direction départementale

     de la protection

     des populations de Vaucluse

 

Christine AUBERT 

 

chef technicienne du service santé et protection animales

Ligne directe : 04 88 17 88 25// Standard : 04 88 17 88 00

Fax : 04 88 17 88 98

 

adresse postale:

     Services de l'État en Vaucluse – 84905 AVIGNON CEDEX 09

 

     Nos bureaux se situent: à la Cité administrative, Cours Jean Jaurès

     bât 1, entrée A, 1er étage, Bureau 1120.

 

Concernant le risque Influenza Aviaire Hautement Pathogène, le risque modéré appliqué depuis le 27/11/2014 est toujours de rigueur.

Votre commune est considérée comme une zone à risque particulier prioritaire:

·         tous les détenteurs de volailles de votre commune doivent être recensés et doivent confiner leurs volailles (professionnels ou non);

·         Les rassemblement de volailles (sauf dérogation) sont interdits.

·         Les professionnels détenant plus de 100 volailles ont la possibilité de demander une dérogation à l'obligation de confinement à condition d'en faire la demande à la DDPP84, de faire réaliser une visite de leur élevage par un vétérinaire sanitaire et de mettre en place des mesures de bio-sécurité.

 

Veuillez recevoir ma parfaite considération.

 

 

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Informations
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 14:49

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur n° 80

Prêt de la Bibliothèque Départementale

                            

  Bibliobus du 4 décembre2014

 

Romans

Littérature de langue anglaise (Etats-Unis)

Bell,Madison, Smartt : « La ballade de Jesse »

Jesse a vingt ans, d'amers souvenirs familiaux, Kurt Cobain pour héros et la musique comme unique compagne. A la suite de la défection brutale, juste avant le début d'une nouvelle tournée, du bassiste du groupe, Perry, le manager des Anything Goes, engage Jesse en catastrophe. Plus âgés que lui, les autres musiciens tiennent bientôt lieu à Jesse (le "melungeon", le métis) de famille d'adoption. Sur la route qui les mène tout au long de la côte est, au fil des concerts donnés dans les bars minables qui sont leur lot, le jeune homme fait l'expérience de la scène, des rivalités sur fond de bourbon et de bière, des chambres de motel pouilleuses, des conquêtes d'un soir, et des rencontres avec des spécimens d'humanité passablement cabossés par l'existence quels que soient leur sexe ou leur âge. Madison Smartt Bell met en scène un microcosme humain dont l'aventure collective, sur les routes d'un Deep South qui n'en a pas fini avec le racisme et le cynisme ordinaires, permet à un jeune métis au destin fracassé de se réconcilier enfin avec sa vie et le regard des autres à travers la musique.

Berg, Elizabeth : « Un amour en hiver » - Grands caractères -

Une femme en plein désarroi remet en question son couple. Un roman pudique et sensible sur les désenchantements de la vie conjugale. Même s'il lui arrive de penser que sa femme a un caractère difficile, Griffin aime toujours passionnément Ellen. Mariés depuis dix ans, ils élèvent avec bonheur Zoe, leur fille de huit ans. Mais, depuis quelque temps, Griffin a des soupçons. Ellen est distante, préoccupée. De peur de voir ses doutes se confirmer, Griffin préfère fermer les yeux. Jusqu'au jour où la nouvelle tombe : oui, Ellen a un amant ; d'ailleurs, elle aimerait que Griffin quitte la maison. Griffin est-il prêt à tourner la page ? Dix ans de mariage ne peuvent s'écrouler ainsi ! Pour reconquérir la femme qu'il n'a jamais cessé d'aimer, Griffin est prêt à tout...

Carleton, Jetta : « Les fleurs de lune »

Début du XXe siècle. Dans leur ferme du Missouri, Matthew et Callie Soames élèvent leurs quatre filles, aux personnalités différentes mais au caractère bien trempé : Jessica leur brisera le cœur en s’enfuyant dès sa dix-huitième année, Leonie tombera amoureuse de l’homme dont il ne fallait pas s’ amouracher, Mary Jo s’ arrachera au cocon familial pour aller faire carrière à New York, et le destin de Mathy, l’enfant sauvage, se conclura par la plus terrible des tragédies. Ces années durant, malgré chagrins et déceptions, les Soames parviendront, malgré tout, à préserver les liens d’amour, qui forment le ciment même de leur famille. Une magnifique chronique romanesque, toute imprégnée des odeurs de l’Amérique profonde.

Dixon,Stephen : « Coups de fil »

Le téléphone sonne. Quand il apprend la mort de Dan, Stu, anéanti, se laisse submerger par ses souvenirs. L'amour qu'il éprouve pour son frère est profond, le deuil insurmontable. De coups de fil en coups de fil, comme s'il tirait au hasard les photographies d'une vieille caisse de souvenirs, Dixon reconstitue le puzzle de la relation complexe qui unit les deux frères. Coups de fil est l'oeuvre d'un maître au sommet de son art, tissant la trame d'une famille sur plusieurs générations, par des détours à la fois intimes et infimes qui mènent à l'universel. Dans le style inimitable de Stephen Dixon, mélange de prose à la simplicité trompeuse et d'humour pince-sans-rire, ce roman est le portrait d'un amour fraternel d'une beauté rare.

Kennedy, Douglas : « Quitter le monde »

Jane n'a que treize ans lorsqu'elle annonce à ses parents qu'elle ne se mariera jamais. Une phrase d'apparence anodine aux conséquences désastreuses : son père quitte le foyer et sa mère tient Jane pour directement responsable de l'échec de son mariage. Quelques années plus tard, étudiante en lettres à Harvard, Jane entame une liaison avec son professeur. Pendant quatre ans, elle vit dans l'ombre mais heureuse avec cet homme qui la fascine. Bonheur brutalement interrompu par la mort de son amant. Jane trouve alors un poste dans une très lucrative entreprise de trading. En voulant faire parvenir de l'argent à son père qui se prétend ruiné, Jane attire l'attention du FBI qui lui révèle les véritables occupations de celui qui est en fait un escroc international. Décidée à rentrer dans le giron universitaire, elle devient professeur en Nouvelle Angleterre. Elle fait la connaissance de Theo et donne naissance à une petite Emily qui fait toute sa joie. Alors que, pour la première fois de sa vie, Jane se prend à croire au bonheur, le drame frappe à nouveau... À bout de forces, Jane est tentée de quitter le monde, avant de trouver, au hasard d'un fait divers odieux, la force de se raccrocher à la vie.

Kingsolver, Barbara : « L’arbre aux haricots »

Taylor Greer n'a pas l'intention de finir ses jours dans le Kentucky, où les filles commencent à faire des bébés avant d'apprendre leurs tables de multiplication. Le jour où elle quitte le comté de Pittman au volant de sa vieille coccinelle Volkswagen, elle est bien décidée à rouler vers l'Ouest jusqu'à ce que sa voiture rende l'âme. C'est compter sans le désert de l'Oklahoma où, sur le parking d'un bar miteux, elle hérite d'un mystérieux balluchon : une petite Indienne. On est à Tucson dans l'Arizona ; Taylor a les yeux grands ouverts, de l'énergie à revendre et une bonne dose d'humour. Dans un garage un peu spécial, elle va rencontrer à la fois la générosité et l'inacceptable, et trouver l'espoir de garder celle qui est devenue son enfant, la petite Turtle. L'Arbre aux Haricots est une histoire de rire et de peine, un magnifique début pour une nouvelle romancière contemporaine.

Matthiessen, Peter : « En liberté dans les champs du seigneur »

«La Famille Martin Quarrier est arrivée ! Priez avec ferveur pour Ses serviteurs Martin et Hazel Quarrier, priez pour votre correspondant et sa femme, Andy, qui ont pour tâche de porter Sa parole aux sauvages Niarunas, car l'entreprise s'annonce dangereuse et ardue. Nous avons besoin de toutes vos prières, car Satan rassemble ses forces et l'Opposition, toujours vigilante, tirera profit de notre premier faux pas.» En compagnie de leur fils, Martin et Hazel Quarrier partent rejoindre Leslie et Andy Huben, comme eux missionnaires protestants, pour évangéliser une des tribus les plus primitives de la jungle amazonienne, les Indiens Niarunas. Leurs efforts se heurteront à l'obscurantisme et à la duplicité des Indiens, aux entreprises de l'opposition catholique, à l'hypocrisie des autorités locales, au cynisme de deux hors-la-loi américains retenus par les circonstances à Madre de Dios, mais aussi, et surtout, à leurs propres contradictions… En liberté dans les champs du Seigneur évoque la confrontation de deux mondes, que tout oppose. Peter Matthiessen remet en question le mythe du bon sauvage et celui de la mission civilisatrice, avec ce qu'elle implique de prétention, d'orgueil et de bêtise. Il livre dans ces pages d'une rare beauté de ton et d'inspiration une fresque dense et envoûtante, à l'image de la jungle, aux frontières du document.

Meyer, Stephenie : « Les Ames vagabondes »

J'ai rarement été aussi tourmentée durant une lecture ...Ce que nous offre Stephenie Meyer dans ce roman, c'est une terrible situation sans aucune solution apparente, un tourment absolu ! Il s'agit vraiment d'une perle de science-fiction à mes yeux. L'auteur sait vraiment s'y prendre pour captiver ses lecteurs. Je n'en attendais pas moins d'elle vu ses œuvres précédentes .Pour résumer un peu l'histoire, la Terre se retrouve envahie par les Âmes, prenant possession du corps humain vivant, et y écrasant sa conscience pour la remplacer. Mais une Âme, Vagabonde, se verra mettre des bâtons dans les roues par son hôte, une conscience bien plus forte qu'elle ne le pensait et qui va résister autant qu'elle le peut .L'histoire est centrée sur les sentiments. Pas seulement ceux de Vagabonde et son hôte, Mélanie, mais ceux de tous les personnages du livre. Car cette situation va créer bien des dilemmes pour beaucoup de gens ... L'auteur a su merveilleusement retranscrire les émotions de ses personnages, avec une troublante exactitude. Bien sûr, comment écrire un bon roman sans une belle histoire d'amour ? Là encore, ça ne sera pas si simple, mais compliqué au possible ! De quoi nous rendre dingue ! Ce livre est tout simplement exceptionnel et il est certain que je le relirai avec grand plaisir ! (Commentaire d’une internaute sur Amazon)

Powers, Kevin : « Yellow birds »

Bartle, 21 ans, est soldat en Irak, à Al Tafar. Depuis l'entraînement, lui et Murphy, 18 ans, sont inséparables. Bartle a fait la promesse de le ramener vivant au pays. Une promesse vaine... Murphy mourra sous ses yeux et le hantera toute sa vie. Yellow birds nous plonge au cœur des batailles où se déroule le quotidien du régiment conduit par le sergent Sterling. On y découvre les dangers auxquels les soldats sont exposés jour après jour. Et le retour impossible à la vie civile. - Un roman américain magistral que Tom Wolfe n’a pas hésité à décrire comme étant le «  À l’Ouest rien de nouveau » du conflit irakien. Nicolas Ungemuth, Le Figaro magazine.- L’écriture éminemment poétique de Kevin Powers élève Yellow Birds bien au-delà du récit brut. Elisabeth Philippe, Les Inrockuptibles.

Puchner, Eric : « La Musique des autres »

Salué par une presse unanime aux Etats-Unis, Eric Puchner fait avec ce premier livre une entrée remarquée en littérature. Décalées, drôles ou touchantes, ses nouvelles irradient l'intelligence et la grâce, composant le portrait fragile et délicat d'une Amérique aux prises avec ses propres contradictions. Dans un monde qui divise et exclut au lieu de rassembler, comment accorder sa propre musique à celle des autres ? Multipliant les perspectives - hommes et femmes, enfants et adultes - Puchner explore avec un sens du détail et de la langue remarquable les ressorts secrets de personnages en quête d'identité dans un monde dépersonnalisé, où tout, finalement, reste à conquérir.

Wideman,John Edgar : « Damballah »

Damballah constitue le premier volet de la " trilogie de Homewood " qui a porté John Edgar Wideman au rang d'auteur américain majeur. Homewood, c'est ce quartier de Pittsburgh où s'installa, vers 1840, un couple mixte formé d'une esclave évadée et du fils de son maître. De leur union naquit une dynastie dont Wideman, dans ce cycle de récits, réinvente les destins sur plus d'un siècle,S’appropriant les lieux de son enfance pour en faire une contrée mythique. Ce bouleversant roman familial est tout à la fois un oratorio de voix, une célébration de la mémoire d'un peuple, et l'histoire d'une utopie détruite. Il est aussi, malgré tout, un hymne à l'espoir, incarné par d'inoubliables figures de femmes qui réaffirment obstinément, par-delà la douleur, la grandeur humaine face au silence des dieux. Cette épopée lyrique joue de tous les registres - du gospel au rap, de la Bible aux cadences africaines, du sacré au trivial - pour construire une langue admirablement charnelle et sensuelle qui atteint à la plus grande poésie et acquiert une résonance universelle. Ce chant de vie, ce chef-d'œuvre s'impose d'ores et déjà comme un classique de la littérature américaine.

Williamson, Penelope : « L’homme qui venait de nulle part »

Montana, 1886.Dans la vallée du pays de Miawa, au sein de la communauté des Justes, la vie suit le rythme immuable et exigeant de la nature, selon l'ordre voulu par Dieu. Une vie simple et paisible, s'il n'y avait les incessantes persécutions de leurs voisins, ces " étrangers " qui convoitent leurs terres et ne reculent devant aucune violence. Dans leur barbarie, ils sont allés jusqu'à pendre le mari de la jeune et belle Rachel. Aujourd'hui seule et brisée par le chagrin, elle lutte pour élever dignement son fils. Mais, un matin d'hiver, un homme survient qui va bouleverser son destin... Un meurtrier, un hors-la-loi issu d'un monde de violence et de haine. Et s'il était la voie du salut pour Rachel et sa communauté ?

Littérature de langue anglaise (Royaume - Uni)

Ali, Tariq : « La femme de pierre »

En cette année 1899, Nilofer revient pour la première fois depuis neuf ans dans le palais des rives de la mer de Marmara où tous les étés se retire sa famille. Elle qui avait fui l'ambiance étouffante de ce milieu d'aristocrates ottomans pour épouser un inspecteur des écoles, grec de surcroît, est heureuse de faire découvrir à son fils l'univers de son enfance. Mais le plaisir des retrouvailles est de courte durée : trois jours après que son père a raconté au jeune Ohran un pan de la légende familiale, il a une attaque d'apoplexie. Tous - enfants de ses trois épouses successives, frères et serviteurs fidèles - accourent au chevet du patriarche. Comme l'Empire en cette fin de siècle, la famille d'Iskander Pacha a perdu de sa cohésion : venus de Berlin, d'Alexandrie et même de Tokyo, ses membres se sont, souvent volontairement, éloignés les uns des autres. Leurs drames, leurs secrets, et leurs aventures, ils les confient à la Femme de Pierre, cette sculpture païenne qui a vu défiler les générations. Pour l'ancien ambassadeur Iskander Pacha, qui a vite recouvré ses facultés, un si beau rassemblement est surtout l'occasion de brasser les problèmes du temps. Il sera question des raisons du déclin de l'Empire, mais avant tout de l'avenir. Car les membres de cette assemblée hétéroclite se révèlent convaincus de la nécessité d'un changement profond : on se retrouve, dans ce lieu pourtant intemporel, au cœur d'un complot visant à renverser l'ordre ancien. Et déjà, sous la plume allègre de Tariq Ali, s'esquissent les contours de la Turquie moderne... Tel est le talent du romancier : tissant avec son aisance coutumière les fils du destin de ses personnages, il interroge, entre feinte désinvolture et incontestable pertinence, une époque clef de l'histoire du monde musulman. La Femme de Pierre est le quatrième volet de son Quintet de l'islam.

Ali, Tariq : « Le livre de Saladin »

LE LIVRE DE SALADIN. Depuis que le sultan du Caire et de Damas, Salah al-Din, a pris la décision de déloger les croisés de Jérusalem, l'érudit juif Ibn Yakoub rédige la geste de la reconquête. Dans le secret des palais, sous les tentes des campements ou dans la poussière des routes, il rend compte de l'intelligence stratégique, du courage et de la générosité de celui qui en 1187 entrera dans la Ville sainte. Mais le souhait du mémorialiste est aussi de brosser le portrait du jeune Kurde devenu monarque : il recueille ses souvenirs, les confronte aux confidences de ses proches, et notamment du vieux serviteur Chadhi, dont la version du roman de formation du sultan, entre frasques et dépucelage, est nettement plus décapante... Au fil des années, Ibn Yakoub lève le voile sur le quotidien de la cour : les érudits paillards y lutinent les jeunes scribes tandis qu'au harem les favorites du sultan filent entre elles le parfait amour, la sultane Jamila suit la troupe habillée en homme, quand elle ne se consacre pas à l'écriture de traités subversifs...Secrets licencieux, rivalités politiques, petites histoires mêlées à la grande histoire donnent chair à ces personnages dont le point de vue bouscule notre vision occidentale des événements qui ont marqué le Moyen Age : et c'est bien le propos de Tariq Ali que de confronter, dans son Quintet de l'islam, la tradition arabe à la tradition chrétienne. Après Un sultan à Palerme, évocation de la Sicile cosmopolite du XIIe siècle (Sabine Wespieser éditeur, 2006), Le Livre de Saladin éclaire des enjeux qui restent très contemporains. Il a été traduit dans de nombreuses langues, y compris l'hébreu.

TARIQ ALI est né à Lahore en 1943. Figure prépondérante de l'extrême-gauche antilibérale au Royaume-Uni, il est l'auteur d'essais politiques et historiques ainsi que de deux cycles romanesques. Editeur à Londres, il écrit également pour le théâtre, le cinéma et la télévision.

Brett, Lily : « Lola Bensky » - Prix Médicis étranger 2014 -

Londres 1967 : Lola Bensky, jeune journaliste pour le magazine australien Rock-Out, n’a que 19 ans quand elle se retrouve au cœur de la scène musicale la plus excitante du moment ! Sans diplôme mais douée, trop grosse et toujours au régime, trop sage pour les sixties, quelles questions cette drôle de fille qui ne connaît rien au rock, n’a jamais étudié le journalisme et dont le seul bagage et pas des moindres est d’être l’enfant de deux survivants d’Auschwitz, va-t-elle bien pouvoir poser à ces rock stars en devenir ? Armée de son magnétophone et tartinée de fond de teint, Lola observe, écoute, écrit. À Londres, elle parle bigoudis avec Jimi Hendrix et sexe avec Mick Jagger. À Monterey, elle échange avec Mama Cass sur leurs régimes respectifs et aborde l’amour entre filles, la drogue et l’alcool avec Janis Joplin. Un jour, elle prête même ses faux-cils à Cher... Subtiles, drôles, personnelles, les questions s’enchaînent, dévoilant des portraits inattendus de ces dieux du rock, mais révélant surtout la quête identitaire que Lola mène inconsciemment. Épouse, mère, auteure reconnue, Lola Bensky continue à s’interroger sur ce qui fait la force d’un être humain.

Follett, Ken : « Un monde sans fin »

1327. Quatre enfants sont les témoins d’une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d’enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont la teneur pourrait mettre en danger la couronne d’Angleterre. Ce jour lie à jamais leurs sorts... L’architecte de génie, la voleuse éprise de liberté, la femme idéaliste, le guerrier dévoré par l’ambition : mû par la foi, l’amour et la haine, le goût du pouvoir ou la soif de vengeance, chacun d’eux se bat pour accomplir sa destinée dans un monde en pleine mutation – secoué par les guerres, terrassé par les famines, et ravagé par la Peste noire. Avec Un monde sans fin, Ken Follett nous offre une nouvelle fresque historique aussi séduisante et captivante que Les Piliers de la Terre, cette superbe épopée romanesque qui avait pour cadre l’Angleterre du XIIe siècle.

Greene, Graham : « La chaise vide et autres récits inédits »

Graham Greene, qui fut étroitement lié avec son éditeur français, Robert Laffont, est l'auteur de célèbres polars et romans d'espionnage mais aussi de livres " catholiques " à dimension existentielle. Son œuvre à multiples facettes, romans policiers et d'espionnage, nouvelles, romans métaphysiques, essais, récits de voyages, a été souvent adaptée au cinéma, et des titres aussi fameux que Le Troisième homme, Un Américain bien tranquille ou encore La puissance et la gloire lui ont apporté une renommée universelle. Et voilà qu'un roman inachevé et inédit, dont François Gallix a découvert le manuscrit dans les archives de l'université d'Austin (Texas), met le feu aux études greeniennes. La Chaise vide, tel est son titre, est traduit et présenté dans ce volume, avec des nouvelles également inédites en français et des rééditions. Cette riche actualité permet de porter un nouveau regard sur une œuvre jusqu'ici trop facilement cataloguée. Grâce à une puissante technique littéraire, sens du suspense, découpage cinématographique du récit et dialogues vifs, et avec un pessimisme désespéré, Greene brosse un portrait au scalpel de l'individu moderne.

 

 

Gregory, Philippa : « Deux sœurs pour un roi »  - Grands caractères – en 2 volumes.

" Je serai sombre, française, à la mode et difficile ; vous serez douce, ouverte, anglaise et belle. Quelle paire nous formerons ! Quel homme pourra nous résister ? " Tels sont les premiers mots prononcés par Anne Boleyn à l'endroit de sa sœur Marie quand elle la rejoint, en 1522, à la cour d'Angleterre. Introduite au palais de Westminster, à l'âge de 14 ans, Marie Boleyn séduit le roi Henri VIII auquel elle donnera deux enfants. D'abord éblouie par le souverain, elle comprend qu'elle sert d'appât au milieu des complots dynastiques. Quand l'intérêt du roi pour elle s'émousse, Anne est chargée de le séduire à son tour. Désir, haine, ambitions, trahisons. Se déroulant sur quinze ans, cette fresque historique, racontée à la première personne par Marie Boleyn, dépeint les rivalités au sein de la dynastie des Tudor. Une histoire qui se terminera dans le sang. 

Jennings, Kate : « Une femme raisonnable »

Kate Jennings, écrivain irascible et cynique avouée, déclare qu'elle ne succombe pas à la sensiblerie : elle refuse de lire Les Quatre Filles du docteur March, elle ne pleure pas au cinéma et elle ne supporte ni les Américains au cœur tendre qui résident à New York, sa ville d'adoption, ni leurs caniches choyés. Dans ce récit plein d'esprit, bouleversée par la mort de son époux et par les attentats du 11 septembre, elle affronte son chagrin et se pose des questions fondamentales. Une femme raisonnable est la chronique lucide et ironique d'un voyage personnel : un déménagement éprouvant, un séjour à Bali, et un mélange improbable d'amis, de border terriers fougueux et de macaques à queue de cochon qui entrent dans sa vie et l'aident à surmonter sa peine.

Rosnay, Tatiana de : « A l’encre russe »

L’Enveloppe a valu au jeune romancier Nicolas Kolt un succès international et une notoriété dans laquelle il tend à se complaire. C’est en découvrant la véritable identité de son père et en fouillant jusqu’en Russie dans l’histoire de ses ancêtres qu’il a trouvé la trame de son premier livre. Depuis, il peine à fournir un autre best-seller à son éditrice. Trois jours dans un hôtel de luxe sur la côte toscane, en compagnie de la jolie Malvina, devraient l’aider à prendre de la distance avec ses fans. Un week-end tumultueux durant lequel sa vie va basculer…La romancière multiplie les clins d’œil sur le monde de l’édition et ses requins, sur le miroir aux alouettes d’une notoriété vertigineuse dont elle n’est pas dupe. Delphine Peras, L’Express.

Simonson, Helen : « La dernière conquête du major Pettigrew »  - Grands caractères -  2 volumes.

À Edgecombe St. Mary, en plein cœur de la campagne anglaise, une tasse de thé délicatement infusé est un rituel auquel, à l'heure dite, le major Ernest Pettigrew ne saurait déroger pas plus qu'à son sens du devoir et à son extrême courtoisie, aussi désuète que touchante, qui font de lui l'archétype même du gentleman anglais. Dans ce petit village pittoresque où les cottages le disputent aux clématites, le major a depuis trop longtemps délaissé son jardin. Désormais veuf, il a pour seule compagnie ses livres, ses chers Kipling, et quelques amis du club de golf fuyant leurs dames patronnesses. Ce n'est guère son fils, Roger, un jeune londonien ambitieux, qui pourrait le combler de tendresse. Mais, le jour ou le major apprend le décès de son frère Bertie, la présence douce et gracieuse de Mme Ali, veuve elle aussi, va réveiller son cœur engourdi. Tout devrait les séparer, elle, la petite commerçante d'origine pakistanaise, et lui, le major anglais élevé dans le plus pur esprit britannique. Pourtant leur passion pour la littérature et la douleur partagée du deuil sauront les réunir. Ils vont, dès lors, être confrontés aux préjugés mesquins des villageois, ou le racisme ordinaire sévit tout autant dans les soirées privées, sur le parcours de golf, à la chasse, sur les bancs de messe que dans les douillets intérieurs. Et les obstacles seront pour eux d'autant plus nombreux que leurs familles s'en mêlent…

« Très bien écrit, et documenté sur cette fin de l'empire colonial anglais, spirituel en diable en même temps que très touchant » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

 

Torday, Paul : « Partie de pêche au Yemen »

Que se passe-t-il dans la tête d'un scientifique anglais pantouflard et comblé – sa femme vient de lui offrir une brosse à dents électrique pour leurs vingt ans de mariage – quand un cheik lui demande de construire une rivière à saumons au Yémen afin qu'il s'adonne à son sport favori : la pêche. Une comédie hilarante sur les lubies des puissants de ce monde et le pouvoir de l'argent. " À cette trame, l'auteur ajoute intrigue politique, menaces terroristes et histoire d'amour : trois risques, pour Jones, de se faire gober comme une mouche. Pour le plus grand plaisir du lecteur. " Stéphane Hoffmann, Le Figaro Magazine Traduit de l'anglais par Katia Holmes.

Wodehouse, Pelham G : « Au secours, Jeeves ! »

" Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, affirmait un critique anglais, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu. " Gageons que la France va redécouvrir avec enthousiasme ce monde éternel rempli de filles énergiques, d'oncles dociles, de tantes redoutables, de pairs excentriques et de baronets transis que domine la figure inoubliable de Jeeves, le butler irremplaçable, le gentleman du gentleman, à la puissance cérébrale sans limites... et aux cocktails infaillibles contre les chagrins d'amour et les gueules de bois. Pelham Grenville Wodehouse (1881-1975)

Wodehouse, Pelham G : « Jeeves, Merci ! »

Bertie a le cœur sur la main, toujours prêt à voler au secours des uns et des autres, surtout lorsque l'exige la terrifiante tante Agatha, plus tyrannique que jamais. C'est ainsi qu'il plonge avec enthousiasme dans les imbroglios les plus tortueux où il serait encore fourré sans l'intervention de son génial, majordome, l'impeccable Jeeves. Situations loufoques, personnages excentriques, dialogues pétillants et rebondissements incessants, tels sont les ingrédients que l'on retrouvera dans le troisième volume de ces désopilants vaudevilles à l'anglaise qui ont enchanté des générations de lecteurs.

Winterson, Jeanette : « Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? »

Abandonnée à la naissance, Jeanette Winterson est recueillie par un couple de pencôtistes de Manchester. Sa mère adoptive, Mrs Winterson, ne sait pas aimer. Cette femme dépressive, violente et dévote est enfermée dans une solitude qu’elle veut étendre à sa fille. Adolescente, Jeanette s’émancipe grâce à la littérature et la sexualité, deux chemins à bannir pour sa mère. Dans cette autobiographie pleine de fantaisie et de férocité, elle raconte avec humour l’histoire de sa quête du bonheur.

Littérature de langue italienne

Agnello Homby, Simonetta : « Le secret de Torrenuova »

Au cœur de l’Italie du Sud d’aujourd’hui, tiraillée entre archaïsme et modernité, le propriétaire de la fabrique locale de pâtes artisanales qui a fait sa fortune sent son empire commencer à se déliter. À l’heure de franchir le cap de la soixantaine, Tito dresse un sombre tableau de son existence : père autoritaire dont les enfants contestent la toute-puissance, c’est également un mari volage et un piètre chef d’entreprise, incapable de s’adapter aux exigences du monde moderne. Mais l’intransigeant pater familias cache aussi un douloureux secret… Il est un enfant illégitime n’ayant jamais connu sa mère. Sa tante Rachele, octogénaire vivant en recluse dans une chambre du domaine, ne pourrait-elle pas l’aider à se réconcilier avec son passé, avec les siens et avec lui-même ?
Le Secret de Torrenova marie avec bonheur tous les ingrédients d’un grand succès populaire. Avec cette saga familiale au style fluide et à l’impeccable scénario, sur fond de nature sicilienne omniprésente et exubérante, Simonetta Agnello Hornby réussit le pari osé et risqué d’aborder non seulement le thème de la recherche des origines, mais aussi – avec une pudeur, une sensibilité et une subtilité tout à fait remarquables – le tabou de l’inceste.

Bevilacqua, Alberto : « A travers ton corps »

L’Amant de Lady Chatterley est un des romans les plus célèbres du XXe siècle. Mais on ne sait guère que les découvertes érotiques de Constance Chatterley dans les bras de son garde-chasse ont été imaginées par Lawrence lors de ses nombreux séjours en Italie et en particulier après les semaines qu’il passa au bord de la mer de Ligurie avec son épouse allemande, Frieda von Richthofen. Mieux encore : le personnage de Mellors aurait été largement inspiré à l’auteur par un superbe Italien, Angelo Ravagli, qui fut l’amant puis le troisième mari de Frieda à la mort de Lawrence.
Telle est la révélation surprenante qui constitue le point de départ du roman d’Alberto Bevilacqua, À travers ton corps. À Spotorno où séjournèrent David et Frieda, dans la villa même qu’ils y avaient louée, il retrouve l’ancien officier des bersagliers, laissé pour compte de l’histoire officielle.
Au fil des conversations, le mythe du personnage romanesque fait place à la réalité d’un homme stupéfait de son destin, avide de le comprendre et que Bevilacqua accompagne dans sa découverte, comme un metteur en scène aide l’acteur à saisir son rôle. Mais le romancier ne sort pas indemne de cette enquête qui le plonge dans une étrange osmose avec les souffrances et les tourments de son illustre prédécesseur anglais.
Croisement de deux confessions impudiques, rencontre, par-delà les années et la mort, de deux écrivains, À travers ton corps est une réflexion magistrale sur la création, l’identité et l’érotisme. 

Ecco, Umberto : « Le nom de la rose »

Après tout, un inquisiteur, c’est une sorte d’enquêteur, en plus dangereux peut-être, et lorsque Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, arrive un jour de l’an de grâce 1327 dans une abbaye perdue entre Provence et Ligurie, c’est tout naturellement que le père abbé lui demande de découvrir comment un de ses moines s’est retrouvé disloqué au pied d’une muraille. Un moine en principe, cela ne se suicide pas, mais cela n’assassine pas non plus. Alors que s’est-il passé ? Il faut dire qu’ici on n’a pas affaire à des moines très catholiques. Le premier roman d’Umberto Eco a véritablement révolutionné le genre du policier historique, soumettant avec humour les nécessités de l’intrigue à un jeu de devinettes d’une érudition éblouissante. Prix Médicis étranger en 1982.

Rocchi, Mario : « Casa Balboa »

Amateurs de bluettes, de romances à l’eau de rose et d’historiettes convenues, passez votre chemin! Sabre au clair, dans un style proche de Bukowski et de Fante, Mario Rocchi suit le destin de M. Balboa, clown triste : il ne comprend plus ses enfants, son couple bat de l'aile, ses amis ne sont plus tout à fait les mêmes et l’Italie a changé. Fort heureusement, au milieu de ces drames à l'italienne, il reste à ce libertaire vieillissant et obsédé sexuel infatigable, l'amour passionné d'Otto... son chien. L'exubérance de Benigni, la truculence de San-Antonio et le tragi-comique de Fellini dynamitent la nostalgie et la colère de ce contempteur d’un naufrage familial et social. 
Drôle et corrosif, Casa Balboa plonge dans la culture populaire italienne, dans sa langue crue et nous offre une potion anarchiste, un bain de soleil. 
Mario Rocchi est né et vit à Lucques, en Toscane. Journaliste culturel à La Nazione, grand quotidien de Florence, il est aussi critique d’art et de cinéma.

Vitali, Andrea : « La Modiste »

Un doux matin de septembre 1948, la petite ville de Bellano, au bord du lac de Côme, est en pleine ébullition ! Pendant la nuit, des voleurs se sont introduits dans l'hôtel de ville, en l'absence du veilleur de nuit, Firmato Bicicli, parti arroser - un peu plus que de raison - son anniversaire. Devant l'édifice, la foule s'écarte sur le passage d'Anna Montani, la belle modiste, avec ses airs de Silvana Mangano et ses courbes généreuses. Carmine Accadi, le chef des carabiniers, la dévore des yeux... Et il n'est pas le seul que le désir tourmente ! Tous les hommes lui tournent autour, à la Montani, d'autant plus qu'elle est veuve d'un mari disparu a priori sur le front russe : Eugenio Pochezza, terrorisé par sa mère... Firmato Bicicli, avide de vengeance contre d'improbables cambrioleurs... Romeo Gargassa, escroc enrichi, pense-t-on, par le marché noir de la Seconde Guerre mondiale encore bien proche, et tout disposé à lui offrir la boutique de ses rêves. Avec maestria, Andrea Vitali nous invite, au coeur de l'Italie du début des années cinquante, à entrer dans une farandole de situations cocasses et de croustillants quiproquos, menée par une modiste sensuelle au sourire espiègle et aux yeux rieurs, dont on ne sait si elle est fourbe ou tout simplement ingénue...

Littérature de langue espagnole

Domingo, Soriano, Carmen : « Secrets d’alcôve »

Nous sommes en Espagne à la veille de la guerre civile. Les phalangistes luttent contre les « rouges » et essaient d’imposer leur vision d’une Espagne traditionnelle, catholique et hiérarchique, dans laquelle les femmes occupent un rang inférieur. C’est dans ce contexte que l’on retrouve Carmen Polo, Pilar Primo de Rivera et Mercedes Sanz Bachiller, épouses des trois plus influents hommes de l’époque et qui ont marqué l’Histoire : José Antonio Primo de Rivera, Onésimo Redondo et bien sûr, Francisco Franco. 
En alternant leurs pensées, Carmen Domingo nous offre un roman choral d’une grande véracité. D’une écriture précise et magistrale, elle nous replonge dans une époque capitale de l’Espagne. En évoquant le quotidien de femmes qui ont en réalité fait basculer l’Histoire, elle nous offre un point de vue d’une grande originalité en donnant une voix à celles que l’on a longtemps fait taire.

« excellent scénario, le début de la guerre d'Espagne vu du côté des épouses.. travail difficile car terrain glissant (l'habituel tous bons d'un côté et les tous méchants de l'autre comme nous sommes habitués à entendre est évité), exercice réussi » (Commentaire d’un internaute sur Amazon)

Gonzalez, Tomas : « Au commencement était la mer »

J. et Elena décident de quitter Medellín et les excès de la ville pour vivre sur une île, dans une ferme, face à la mer. Anarchiste, hippie et bohème, J. ? il n’est désigné que par cette initiale ? pense opérer là un « retour à la vraie vie ». Mais J. et Elena, aussi bien en tant qu’individus que comme couple, vont se retrouver confrontés, dans une succession de petits drames et de défaites minuscules, à une nature dure, qui les absorbent pour finir par les dévorer. 
Tomás González raconte cette dérive dans un style froid et distancié, qui laisse apparaître progressivement la violence des relations humaines et l’impossibilité de vivre selon nos désirs, nos caprices ou nos idées. Dès les premières lignes, tout a l’air normal mais on sent la tragédie possible, grâce au style épuré, aux dialogues secs et à l’ironie féroce. La tension monte dans un accelerando angoissant jusqu’au finale tragique. « Un livre qui nous éclaire de l’intérieur », comme l’a écrit l’auteur suisse Peter Stamm.

Tomás González est « le secret le mieux gardé de la littérature colombienne », selon la revue Pie de pagina.
Né en 1950 à Medellín, il a étudié la philosophie, a été barman dans une discothèque à Bogotá, travaillé trois ans à Miami dans une boutique de vélos, puis seize à New York comme traducteur. Il vit aujourd’hui à Bogotá avec sa femme. Il est l’auteur de six livres. Au commencement était la mer est son premier roman (paru en 1983 en Colombie). Traduit de l’espagnol (colombien) par Delphine Valentin

Guerra, Wendy : « Poser nue à La Havane »

Nous sommes en 1922. Anaïs Nin part à Cuba sur les traces d'un père absent et fantasmé, à la découverte de la famille paternelle. Dans son Journal, peu d'allusions à cette période. De sa plume riche en images saisissantes, Wendy Guerra imagine alors ce qu'Anaïs a pu ressentir en arrivant sur Ne et superpose ses pensées apocryphes aux confessions réelles de la jeune Anaïs Nin, restituant ainsi la voix d'une âme à la recherche de son identité: "Je veux commencer à me constituer une Cuba personnelle. Irrévocablement mienne" « Un roman troublant mêlant journal apocryphe et notes réelles d'Anaïs Nin dans les années 20 à la Havane. Abandon, inceste, opium et poésie. Louable exercice littéraire et beau plaisir de lecture. » (Marie de FNAC Rosny 2)

 

Montero, Mayra : « La Havane 1957 »

En cette année 1957, la fête tropicale bat son plein. George Raft en personne, l'une des plus grandes vedettes de Hollywood, est attendu à La Havane pour l'inauguration d'un nouveau casino, le premier d'une série de luxueux établissements de jeu associés à un ensemble d'hôtels qui devraient progressivement ouvrir leurs portes dans l'île. On compte y accueillir des touristes du monde entier et leur offrir chaque nuit, outre les sensations de la roulette et du black-jack, une revue digne du Sans Souci ou du célèbre Tropicana, les meilleurs cabarets de la ville. Mais, côté coulisses, tout n'est pas encore réglé. Voilà pourquoi, lorsqu'on découvre le cadavre d'un hippopotame abattu dans les environs du Parc Zoologique de La Havane, soudain les langues se délient et le bruit court que ce fait divers n'est pas sans rapport avec la guerre implacable que se livrent les parrains de la mafia américaine pour le contrôle des hôtels à Cuba. On dit même que le dictateur Batista y est impliqué et qu'il soutient activement l'un des clans new-yorkais. Las d'interviewer des starlettes cubaines, le journaliste Joaquín Porrata pense que le moment est venu de changer de rubrique et de journal, et il décide de mener l'enquête. Mais il faut être assez jeune et passablement naïf pour croire que l'on peut mettre son nez dans des affaires pareilles sans danger. 

Sampedro, José Luis : « Le fleuve qui nous emporte »

« Superbe livre, brut comme le soleil de l'Espagne, ou les sentiments humains sont rugueux comme la pierre et profonds comme ce fleuve qui nous emmène au gré de son lit. Et en plus l'auteur aborde sous un aspect peu banal les grands thèmes qui "font" l'Espagne (tauromachie, machisme...). » (Commentaire d’un internaute sur Fnac .com)

Littérature de langue portugaise

Tordo, Joao : « Le bon hiver »

Sexe, crimes et métaphysique à Sabaudia, sur les terres de Pasolini et Moravia, pour un thriller intense qui réunit une faune hétéroclite d'artistes décalés et de pique-assiettes internationaux chez un extravagant mécène passionné de production cinématographique et de montgolfières. Un écrivain misanthrope et hypocondriaque est à la manœuvre pour explorer les voies tortueuses de personnages déracinés, toujours attirés par l'abîme.

Littérature d’autres langues

Sorokin, Vladimir Georg : « Le Kremlin en sucre »

Un lilliputien qui joue les « fous du roi » au Kremlin rentre dans son appartement où il est servi par un robot avec lequel il joue et s’enivre dans la tristesse. Interrogatoire : grâce à une piqûre, le prisonnier se transforme en cristal et le policier menace de le briser en mille morceaux avec un tisonnier s’il ne parle pas ! Des forçats construisent dans une région désertique une partie de la fameuse Grande muraille de Russie. C’est le moment du repas. Vision digne du Goulag. Les hommes réduits en esclavage pour satisfaire la volonté du pouvoir qui leur rend visite en hélicoptère au moment du déjeuner…Dans ce nouveau livre de Sorokine les tableaux se succèdent, qui présentent chacun un des aspects de la Russie de 2028, sans liens les uns avec les autres, sauf qu’ils baignent dans une même ambiance.

Vladimir Sorokine vit à Moscou où il est né en 1955. Brillant et iconoclaste, l'auteur jongle avec tous les genres pour dénoncer les institutions russes, les ravages du pouvoir et de l'argent. Il est l'auteur, entre autres, de La Glace (éditions de l'Olivier 2005), Le Lard bleu (éditions de l'Olivier 2007), Journée d'un opritchnik (éditions de l'Olivier 2008)

 

………….Suite dans un prochain Coup de Projecteur.

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article