Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Logo LE LUC couleur

PUGET-SUR-DURANCE

84360

Département de Vaucluse

Arrondissement d'Apt

Canton de Cadenet

Communauté de Communes 

des Portes du Luberon

712 habitants

43° 45" 21' Nord

5° 16" 11' Est

 

Agenda

 

 

AG PUGET LOISIRS

Samedi 11 mars 2017

11h00

Salles des Fêtes

#

SOIREE SPECTACLE D'IMPRO

Samedi 11 mars 2017

20h30

Salle des Fêtes

#

TOURNOI POKER ALTER EGO

Vendredi 17 mars 2017

21h00

Salles des fêtes

#

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations diverses

plandepuget

  # 

Calendrier annuel des périodes

d'incinération des végétaux 

  14325-1-copie-1

#

Nouveaux horaires des déchèteries.

 

  4146-1

 

 

 

Bienvenue sur le blog de la Mairie de PUGET-SUR-DURANCE.

Vous pourrez accèder à toutes les informations concernant la Mairie , aux compte-rendus des réunions des différents Conseils Municipaux

et à toutes les décisions prises par votre nouvelle Municipalité.

Vous pouvez poser vos questions en faisant "ajouter un commentaire" et il vous sera répondu dans les cinq jours au même endroit.

Vos commentaires sont également les bienvenus.


Bonne visite !

Ouvertures et Permanences

 

Ouvertures de la Mairie

 

 

Nathalie et Manue vous recevront les :

 

Lundi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30

Mardi  de 14h à 17h30

Mercredi de 9h à 12h

Jeudi de 9h à 12h30

Vendredi de 9h à 12h30 et de 14h 17h30

Samedi de 9h à 12h

 


Permanences du Maire

 
sur rendez-vous .

 

Votre nouvelle équipe

 



Maire : Alain Sage

Premier adjoint : Jean-Daniel Duval

Deuxième Adjoint  : Danielle Faidy

Troisième Adjoint  : André Capanni

 

Quatrième Adjoint : Alain Blancheton

Conseillers Municipaux :

Jean-Claude Aoustin

Suzanne Bouchet
Christine Charbonnier

Nathalie Clausells
Christelle Fernandez

Gilbert Guérin
Sylvain Meyssard
Michèle Moulinet
Cathy Prost
Jean-Marie Scano

27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 09:22

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur N°73

Prêt de la Bibliothèque Départementale

 

 

                                              Bibliobus du 28 novembre 2013

 

 

ROMANS

 

Littérature de langue française : (Suite du Projecteur n° 72)

 

ROMILLY, Jacqueline de : « Rencontre » -  Imprimé en grands caractères  -

Anne Aubier, une jeune veuve de 34 ans, croise par hasard un homme qu'elle croit reconnaître lors d''une promenade au jardin du Luxembourg : c''est Paul,l''homme qu''elle a aimé passionnément douze ans plus tôt. Les réminiscences du passé refont surface et la jeune femme met tout en oeuvre pour retrouver son "rêve".

 

ROSNY,aîné, J-H : « Les navigateurs de l'infini »

Les Navigateurs de l’infini, qui date de 1925, est sans doute son chef-d’oeuvre. Une mission d’exploration débarque sur Mars où elle découvre une race extra-terrestre, les Tripèdes, « irradiant une surnaturelle beauté ». Ils sont les derniers représentants d’une espèce très ancienne et très évoluée qui disparaît peu à peu, cédant la place à une nouvelle forme de vie, les Zoomorphes. Lors de son retour sur Terre, l’expédition ramène avec elle deux de ces êtres, un père et sa fille. Cette dernière tombe amoureuse de l’un des terriens et le mode de reproduction sur sa planète étant quasi parthénogénétique, elle donne naissance à un hybride en pensant très fort au père qu’elle souhaite pour son enfant…

 

ROZIER, Gilles :  « D'un pays sans amour »

« La lecture d'un Pays sans amour m'a transporté dans l'univers juif polonais et russe du début du siècle, univers que je n'avais jamais rencontré de cette façon. Les petites histoires se mêlent à la Grande histoire, j'ai aimé découvrir l'atmosphère, les questionnements et aspirations de cette période. Les choix personnels des uns les menant en Israël d'autres en Sibérie, le Yiddish, l'hébreu ou la langue locale, autant de choix d'identité. Bref, un roman qui dépayse et révèle une effervescence intellectuelle aujourd'hui tombée dans l'oubli. Bref, sûrement quelques longueurs mais un vrai plaisir de lecture et de découverte. » (Commentaire d'un lecteur sur Amazon).

 

 

 

 

6

RUBINSTEIN, Marianne : « Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel »

Yael, la quarantaine, doit s'habituer à son nouveau statut de femme divorcée, à sa vie qui s'écroule. Avec des mots simples, elle nous parle de son quotidien qui change brusquement et de sa douleur. Très beau roman sur la séparation, et sur la difficulté de se reconstruire. (Colette de la Fnac Gennevilliers)

 

SABATIER, Robert : « Les trompettes guerrières » - Imprimé en grands caractères -

Avec cette émotion et cette simplicité à narrer le quotidien qu'on lui connaît, cette facilité à exprimer le désarroi et les petits bonheurs, Robert Sabatier dresse dans Les Trompettes guerrières le portrait d'un enfant du siècle, enraciné dans sa culture paysanne, grandi dans le Paris populaire, riche de cet apprentissage du combat et de la camaraderie forgé au maquis, ouvert au monde. Ce livre clôt la célèbre série romanesque des Allumettes suédoises, une oeuvre tendre et généreuse à jamais liée à son attachant héros.

 

SAGAN, Françoise : « Aimez-vous Brahms ? »

Paule se mira dans son miroir et y vit " une autre Paule passionnément préoccupée de sa beauté et passant difficilement du rang de jeune femme au rang de femme jeune ". Cette phrase d'une mélancolie soutenue, si pleine de la " petite musique " chère aux admirateurs de Françoise Sagan, donne la note de ce si célèbre roman, porté à l'écran par Anatole Litvak. Paule... décoratrice de mode délaissée par son amant, adorée par un jeune homme de quinze ans son cadet, inquiète, hésitante au seuil d'une nouvelle liaison - amour, passion, toquade ? -, tourmentée par un désir désespéré de bonheur, de jeunesse... Une femme de (presque) quarante ans dont Sagan nous livre ici le portrait tendre, ironique, lucide.

 

SAGAN, Françoise : « Les merveilleux nuages »

Josée a épousé Alan parce qu'il était beau, américain, riche, et qu'elle l'aimait. Mais aujourd'hui, dans le farniente et le désastre de leur séjour en Floride, elle découvre ses névroses, sa jalousie maladive, son alcoolisme, et le jeu pervers dans lequel il l'entraîne. Aime-t-elle cet homme trop fragile qui menace de se tuer si elle le quitte? Comment lui échapper? Comment poursuivre ce " cauchemar tendre ", mettre fin à cette histoire épuisante? Josée saisit alors le premier prétexte pour rentrer à Paris... Les êtres s'entre- dévorent. Françoise Sagan montre une femme en lutte contre le vampirisme moral et physique d'un faible. Si elle n'y prend pas garde, il sera trop tard.

 

SCHMITT, Eric-Emmanuel : « Concerto à la mémoire d'un ange » - Livre lu -

Quel rapport entre une femme qui empoisonne ses maris successifs et un président de la République amoureux ? Quel lien entre un simple marin et un escroc international qui vend des bondieuseries usinées en Chine ? Par quel miracle une image de sainte Rita, patronne des causes désespérées, devient-elle le guide mystérieux de leurs existences ? Quatre histoires liées entre elles. Quatre histoires qui traversent l'ordinaire et l'extraordinaire de toute vie. Quatre histoires qui creusent cette question : sommes-nous libres ou subissons-nous un destin ? Pouvons-nous changer ?

Un recueil de nouvelles déroutantes et touchantes où les destins basculent pour le meilleur ou pour le pire. Humour, souvent noir, accompagné d’une naïveté apparente, le tout au service d’une réflexion originale. Blaise de Chabalier, Le Figaro littéraire.

 

SCHNECK, Colombe : « La réparation »

C'est l'histoire d'une petite fille, Salomé, disparue en 1943 à Auschwitz. L'histoire aussi d'une jeune femme qui, soixante ans plus tard, donne le même prénom à sa fille. L'histoire surtout de la puissance de la vie face à la disparition, de la joie et de l'élégance face à la

6

barbarie. Dans La réparation, Colombe Schneck remonte le fil d'un passé familial pour

constituer ce qui est, finalement, la seule vraie réparation : un héritage.

 

SCHMITT, Eric-Emmanuel : « La rêveuse d'Ostende » - Imprimé en grands caractères -

5 nouvelles regroupées sur le thème de ce que l'imagination, le fantasme peut nous faire faire; sur comment nos croyances, même infondées peuvent influencer nos actes, notre vie. J'ai aimé parcourir ces petites histoires pleines de charmes et de poésies. La première nouvelle, la rêveuse d'Ostende nous donne des envies de côtes belges, la seconde, un crime parfait nous donne envie de redécouvrir notre conjoint, la troisième la guérison, nous donne envie de nous regarder dans un miroir et d'enfin nous apprécier... Bref, ce livre nous touche personnellement car il parle dans un cadre toujours romanesque de notre quotidien. (Commentaire d'une lectrice sur Amazon)

 

SEBBAR, Leïla : « Shérazade »

Le retour de Shérazade. On est au début des années 80 en France, à Paris. La fugueuse Shérazade vit comme dans un conte. Un conte contemporain. Lyrique, joyeux, parfois violent. Elle traverse les épreuves avec la grâce et la légèreté d'une jeunesse insoumise, toujours à la frontière. Shérazade rencontre Pierrot le révolutionnaire, amoureux d'elle. Basile, le " dandy tropical ". Zouzou et France, folles de la mode. Krim, le musicien, fou de moto. Driss, le toxico. Eddy, fou de Djamila et Julien, le fou de Shérazade. Shérazade à Julien : "Je ne suis pas une odalisque ".

 

STENDHAL : « Les chroniques italiennes » - Livre lu -

Quand il était consul à Civitavecchia, non loin de Rome, Stendhal s'occupa à lire des comptes-rendus judiciaires remontant au XVIe siècle italien. Il en tira ces chroniques, ensemble de cinq récits dont les points communs sont l'Italie et les passions, à une époque où on tuait pour un regard de travers, empoisonnait les infidèles et enlevait les femmes qu'on aime. D'une écriture sobre et toute de retenue, neutre comme le Code civil, Stendhal nous montre dans ces chroniques, faits divers plein de rebondissements dramatiques.

 

TENENBAUM, Gérald : « L'affinité des traces »  - Imprimé en grands caractères -

Dans ce grand roman d'aventure tel que l'on n'en voit plus souvent, l'auteur nous fait voyager de la France des années 1960, hésitant encore entre modernité et paternalisme, jusqu'aux confins du Sahara, sur les terres immémoriales des touaregs, peuple mythique à la peau indigo et la parole voilée. Le fil conducteur est, une fois de plus, une femme. Edith, enfant terrible d'un siècle qui ne lui réserve que tragédie et médiocrité, décide, dans un élan vital irrépressible, de fuir la voie qui lui est tracée pour plonger dans l'inconnu. Sa soif de liberté l'entraîne ainsi dans le sud algérien alors que la France y procède à ses premiers pas dans le monde de l'atome. C'est dans ce pays du "bout-du-monde" qu' Edith, fille de l'errance, va découvrir un peuple, voyageur lui aussi, prêt à l'accueillir et à lui donner les moyens de "se choisir femme", femme targuie, maîtresse de sa tente, et donc de son destin.

 

TESSON, Sylvain : « Une vie à coucher dehors »

«En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l'Égée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l'homme de trop s'agiter dans la toile de l'existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante.» Sylvain Tesson.

6

VIGAN, Delphine de : Les heures souterraines »

Une très bonne surprise. Ce roman raconte deux histoires en parallèle. Un homme -médecin urgentiste- qui vient de se séparer de son amie car il pense qu'elle ne l'aimait pas et une femme qui travaille dans une entreprise et qui va faire l'objet d'une mise au placard pour avoir déplu à son supérieur hiérarchique. On suit pas à pas ces deux personnages, on vit avec eux leurs sentiments, leurs émotions.... l'univers parfois cruel de l'entreprise bref on suit l'intimité des personnages. Un roman de vie bien écrit qui tient en haleine. (Commentaire d'un lecteur sur Amazon)

 

ZEVACO, Michel : « Buridan »

Une intrigue savante, une vivacité d'action inconnue de nos jours... Jamais ZEVACO ne fut aussi moderne qu'aujourd'hui. L'égal de DUMAS!!

 

Littérature de langue anglaise

 

ADAMSON, Gil : « La veuve »

Canada, 1903. Mary Bolton, l9 ans, vient de tuer son mari. Poursuivie par ses beaux-frères, des jumeaux géants et roux assoiffés de vengeance, la jeune veuve s'enfuit. En chemin, elle rencontre une série de personnages hauts en couleur auxquels elle s'attache un temps avant de toujours reprendre la route. Gil Adamson bâtit un grand récit picaresque, à la fois captivant et émouvant, celui de la plongée volontaire d'une jeune femme dans les espaces du Grand Nord américain.

Sélection Prix Femina étranger 2009 « La veuve est tout simplement un roman superbe et l'on sent dans la finesse de son écriture que Gil Adamson a tout le potentiel pour devenir un grand écrivain. La trame des grands paysages de l'Ouest américain est transposée avec une lumière étonnamment fraîche. La veuve est également fort en suspense, au point que l'on est souvent dans un état proche du malaise physique, une condition que seuls les romans de grande qualité permettent. » (Jim Harrison)

 

AGEE, James : « Une mort dans la famille »

Une Mort dans la famille constitue un face-à-face soudain et inattendu avec la mort qui dévoile chacun aux autres et provoque la confrontation de réactions opposées, entre croyants fatalistes noyant leur peine dans la confiance en la décision divine et agnostiques révoltés en lutte contre l’absurdité et l’incohérence du sort.

 

BASS, Rick : « La vie des pierres »

Écologiste ardent aussi bien dans ses textes de fiction que dans ses essais polémiques, Rick Bass nous offre un recueil de dix textes d'une veine délicate et puissante. De la nouvelle qui donne son titre à l'ensemble à celle qui retrouve le souvenir du raz-de-marée annuel dans le golfe du Mexique, sans oublier les pages dédiées aux inquiétants glissements de terrain dans les marnes, au premier cerf abattu par une jeune femme hantée par ses souvenirs d'enfance, ou encore à une rivière à la fois magique et polluée , la Nature américaine, menacée et rebelle, est partout. Sans jamais se départir d'un certain humour et d'une conscience de la beauté.

 

CRICHTON, Michael : « Etat d'urgence »

À San Francisco, le milliardaire George Morton s’écrase du haut d’une falaise à bord de sa Ferrari quelques minutes seulement après avoir annoncé qu’il retirait son soutien à un mouvement écologiste international… Avant de disparaître, George avait laissé un message énigmatique.

 

6

 

Peter, son avocat, et Sarah, son assistante, le décryptent… et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l’Antarctique aux forêts vierges de Mélanésie. 

 

DELILLO, Don : « L'homme qui tombe »

Affrontant, avec les seules armes de son art, un monde en morceaux dont la représentation s'est perdue avec les attentats du 11 Septembre, Don DeLillo donne à voir les ressorts brisés de la belle machine humaine - psychisme, langage et corps impuissant confondus. Voyage au coeur de notre histoire commune, exploration magistrale des effets et des causes d'une catastrophe, ce roman fraye le chemin d'une catharsis qui autorise à regarder en face le Mal dans tous ses inévitables et fulgurants avènements.

« Keith Neudecker est un survivant, extrait de la tour nord, le visage en sang. Tel un zombie, il se traîne chez son ex-femme dans une quête de reconstruction.
Alors que le pays est KO et découvre sa vulnérabilité; les personnages du roman affichent leurs failles. »  (Commentaire d'un lecteur sur Amazon)

 

ERDRICH, Louise : « Dans le silence du vent »

« L'été des treize ans de Joe est marqué par le viol de sa mère. Cet adolescent va brutalement faire l'expérience de la notion de justice car l'imbroglio des lois s'exerçant sur le territoire indien et le silence obstiné de sa mère ne facilitent guère l'identification du violeur et son jugement. Joe va donc devoir mener l'enquête de son côté et basculer irrémédiablement dans le monde des adultes.
Louise Erdrich dans ce nouveau roman décrit avec une acuité sans pareille la prostration de la victime et la difficulté à faire émerger la vérité. Une situation hélas représentative car,selon un rapport publié par Amnesty international en 2009, une femme amérindienne sur trois sera violée au cours de sa vie et que, vu le "Labyrinthe de l'injustice", peu des violeurs seront poursuivis. Mais la romancière n'en fait pas pour autant un livre lourdement pédagogique. L'intensité dramatique est prenante et le style parfaitement maîtrisé. » (Commentaire d'un lecteur sur Amazon)

 

HARUF, Kent « Colorado blues »

Charmeur, beau parleur, Jack Burdette a toujours trompé son monde. Malgré ses frasques d'adolescent, la ville de Holt lui a confié sans hésiter la plus importante de ses entreprises : la coopérative agricole. Jack s'empresse de détourner l'argent et disparaît subitement, abandonnant sa femme, Jessie enceinte, et ses deux enfants. La vengeance des habitants s'abat alors sur Jessie. Jusqu'au drame. Huit ans plus tard, l'enfant terrible revient au pays. Il a tout perdu et il est bien décidé à regagner le cœur de sa femme... Une histoire simple, des sentiments forts... Kent Haruf explore avec sobriété et pudeur toutes les passions humaines. Sa langue, tout en délicatesse, en émotions retenues, en élégance, est la marque d'un rare talent d'écrivain.

 

KALOTAY, Daphné : « Un papillon sous la neige »

Lorsqu'elle décide de mettre en vente son incroyable collection de bijoux, Nina Revskaïa, ancienne étoile du Bolchoï surnommée « Papillon », est persuadée qu'elle a tiré un trait sur son passé. Et pourtant, la danseuse se retrouve assaillie par des souvenirs de sa terre natale et des événements qui ont changé le cours de sa vie, un demi-siècle auparavant. La magie du ballet, sa rencontre avec le poète Viktor Elsin, qui deviendra son mari, mais aussi la dureté du régime stalinien dont elle fut une des victimes, avant de fuir et de venir finir sa vie à Boston. Nina n'a jamais partagé les terribles secrets de cette époque, mais deux personnes vont tout faire pour les découvrir :

6

Drew Brooks, la jeune femme qui s'occupe de la vente des bijoux, et Grigori Solodin, un professeur de russe persuadé que Nina détient la clé de son propre passé. Ensemble, ils vont lever le voile sur ce mystère et trouver des réponses qui bouleverseront pour toujours leur existence.

 

LITTELL, Robert : « L'hirondelle avant l'orage »

Riche en anecdotes historiques et incroyablement documenté, L'hirondelle avant l'orage est un roman intelligent où tout est maîtrisé : le style, le rythme et l'histoire. On ne peut que s'émerveiller devant les connaissances et le talent de conteur de Robert Littell. Il réussit la prouesse étonnante de nous faire plonger avec délice dans les heures les plus sombres de l'union soviétique.

 

LITTELL, Robert : « Philby »

Dans l'Europe des années trente débute la plus intrigante carrière de l'histoire de l'espionnage : celle de Philby. Ce jeune Anglais, recruté par les services de renseignements russes, part couvrir la guerre d'Espagne en tant que journaliste pour le Times. Mais de quel côté est-il vraiment ? Est-il passé dans le camp du KGB ? Est-il en réalité toujours resté fidèle à la CIA ? A moins qu'il n'ait rejoint le camp de Franco, comme tout porte à le croire ?

«Les amateurs trouveront leur bonheur dans celui-ci. L'histoire est une magnifique construction intellectuelle. Le roman est rythmé par les témoignages des personnages ayant rencontré Philby. Idée brillante : c'est bien leur subjectivité qui doit les conduire à se décider pour quel camp joue « l'Anglais », et le lecteur n'aura que cette base pour se faire son idée. Servi par un style impeccable et plein d'humour, le lecteur se plonge dans les méandres et le début de l'espionnage « moderne ». Avoir positionné l'action au début de la deuxième guerre mondiale, de manière très documentée, nous change de l'éternelle guerre froide. » (Commentaire lecteur sur Amazon)

 

MACDOWELL, Heather : « Un baiser, l'addition » - Imprimé en grands caractères -

Il y a six mois encore, quand Erin entrait dans un restaurant, c'était pour y dîner. Aujourd'hui : c'est pour y pointer. Sa boîte a coulé, adieu son poste au marketing ! Et si vous croyez qu'à New York, rien n'est plus épuisant que la vie de bureau, c'est que vous n'avez jamais plié une serviette de votre vie. Ni jonglé avec vingt tables de grincheux pointilleux. Ni bravé la colère d'un ténor des fourneaux, adepte de l'humiliation aux petits oignons. Entre coup de feu et coup de pompe, l'apprentie serveuse n'a que quelques jours pour maîtriser toutes les subtilités du service d'un restaurant étoilé...

« Petit roman sympathique qui nous plonge dans le quotidien d'Erin, qui après son licenciement se retrouve obligée d'accepter un emploi de serveuse dans un restaurant chic. Il lui sera alors difficile de s'intégrer dans un monde qui n'est pas le sien, le tout étant pimenté par des rebondissements dans sa vie amoureuse. » (Commentaire client sur Amazon)

 

MAYNARD, Joyce : « Les filles de l'ouragan » - Imprimé en grands caractères -

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes. Ruth est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu'elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l'ouragan suit les itinéraires personnels de deux 'soeurs de naissance ', des années 1950 à aujourd'hui.

                                                                                                                                              6

Avec la virtuosité qu'on lui connaît, Joyce Maynard raconte les voies étranges où s'entrecroisent les vies de ces deux femmes, de l'enfance et l'adolescence à l'âge adulte - les premières amours, la découverte du sexe, le mariage et la maternité, la mort des parents, le divorce, la perte d'un foyer et celle d'un être aimé - et jusqu'au moment inéluctable où un secret longtemps enfoui se révèle et bouleverse leur existence.

 

POWELL,Dawn : « Une époque exquise »

Amanda Keeler, ravissante jeune femme de l'Ohio, est devenue une figure new-yorkaise grâce à son mariage avec le magnat de la presse Julian Evans. C'est avec empressement que Vicky Evans, encore sous le coup d'un échec sentimental, accepte l'invitation de son ancienne camarade de classe, et vient tenter sa chance à New York. Comment la candide petite provinciale pourrait-elle imaginer que son amie d'enfance va l'utiliser pour cacher sa double vie à son influent mari ? Et que tous les amis d'Amanda vont, tour à tour, se servir d'elle ?

 

SLOUKA, Mark : « Le monde visible »

Enfant, dans les années 1950 à New York, le narrateur observait, intrigué, ses parents et leurs amis, tous expatriés tchécoslovaques, et sans bien les comprendre, il devinait à travers leurs voix un mystérieux passé européen. Plus tard, bien plus tard, l'enfant grandi et devenu écrivain remontera le cours de ses origines pour trouver la clé de ces mystères. Il la trouvera à Prague, au croisement de la petite et de la grande histoire. Prague, 1942. Des parachutistes atterrissent en secret en lisière de la ville. Leur mission : assassiner Reinhardt Heydrich, héritier putatif du Führer et architecte de la Solution finale. Ils y parviendront, mais les représailles nazies seront sanglantes : 10.000 Tchèques exécutés ou déportés sommairement en quelques jours. C'est dans ces circonstances tragiques que la mère du narrateur, Ivana, fait la rencontre de Tomas Bem, l'un des assassins de Heydrich. La mort aux trousses, ils vivront une passion amoureuse extraordinaire, dont rien, ni le temps ni les détours à venir de la vie, ne pourra jamais chasser les fantômes, ressuscités sous la plume du romancier…

 

THOREAU, Henry David : « Je suis simplement ce que je suis »

« Je me dis souvent : consacre-toi davantage à cette tâche si tu sais qu’elle est bonne. Ce n’est pas sans raison que tu es satisfait ou mécontent de toi. Ne possèdes-tu pas une faculté de penser des plus précieuses ? S’il y a une expérience que tu souhaites tenter, alors vas-y. Ne nourris pas de doutes s’ils ne te sont agréables. Rappelle-toi qu’il ne faut jamais manger sans avoir faim. […] Ne t’attends pas à trouver les choses telles que tu crois qu’elles sont. Fais ce que personne d’autre que toi ne peut faire ; abstiens-toi de tout le reste. » Prônant une vie en harmonie avec la nature, à l’écart de la société, défenseur du droit à la liberté, opposant à l’esclavagisme, résistant non violent et chantre de la désobéissance civile, Henry David Thoreau fut un précurseur de bien des mouvements d’idées actuels. Tous les thèmes qui lui sont chers sont condensés dans ces lettres, qu’il adressa à son ami Harrison Blake entre 1848 et 1861, et qui constituent un véritable manifeste de sa pensée.

 

SENNA, Danzy : « Où as-tu passé la nuit ? »

1968. Une jeune fille blanche, issue d'une dynastie bostonienne prestigieuse dont l'histoire remonte à la fondation des Etats-Unis d'Amérique, et un jeune étudiant noir, élevé dans la misère et qui ne peut, quant à lui, se targuer d'aucun arbre généalogique, font le choix de s'unir par les liens du mariage. De la couleur de leur peau à leurs origines sociales, tout oppose ces deux jeunes gens aussi brillants et charismatiques l'un que l'autre : prometteuse incarnation de l'espoir d'un changement pour toute une génération, le couple

6

vole néanmoins en éclats quelques années après, laissant derrière lui trois enfants brisés. Longtemps plus tard, l'aînée, Danzy, devenue écrivain, et épouse et mère à son tour, s'assigne pour mission de décrypter les raisons du naufrage.

 

Littérature de langue néerlandaise :

 

Koch, Herman : « Villa avec piscine »  - Imprimé en grands caractères -

Dans une banlieue chic d’Amsterdam, de nos jours. Marié et père de deux filles, le docteur Marc Schlosser, généraliste, est apprécié de sa clientèle pour ses qualités d’écoute et ses diagnostics éclairés. En réalité, Marc est capable d’établir un diagnostic dans les 30 premières secondes mais met un point d’honneur à accorder 20 mn à chaque patient, essentiellement pour le rassurer, lui dresser une ordonnance bien remplie et éviter à tout prix de l’envoyer chez un spécialiste. De ses patients, Marc se contrefout. Tout comme il est peu inquiet quand il apprend sa convocation devant le Conseil de l’ordre pour une erreur médicale : tous les membres se connaissent, que risque-t-il ? Un rappel à l’ordre, au pire une courte suspension ? Mais les choses se corsent lorsque la veuve du patient, un acteur célèbre, l’accuse publiquement de meurtre. Pour elle, c’est sûr, la mort de Ralph, son mari, est suspecte. Car Ralph est tombé malade juste après des vacances communes, dans une villa louée par le couple star. Qui dit vrai ? Marc a-t-il raté un symptôme ? Ou pire, a-t-il « aidé » la maladie de Ralph ? Que s’est-il passé cet été, dans cette villa avec piscine ?

 

MEER, Vonne van der : « Le bateau du soir »  - Imprimé en grands caractères -

Une petite villa de location sur l'île de Vlieland, quelque part sur la côte frisonne. Le temps d'un été, des vacanciers se succèdent à Duinroos, la maison des dunes. Familles à la dérive, couples en crise, chacun y trouve refuge pour se découvrir ou accepter l'inéluctable.

 

Littérature de langue espagnole

 

ALLENDE , Isabel : « La forêt des pygmées »

Alexander et Nadia, deux adolescents, accompagnent Kate, journaliste au National Geographic, dans ses expéditions. Ce qui aurait dû être un reportage paisible sur les safaris à dos d’éléphant en Afrique prend une tout autre tournure quand leur avion fait un atterrissage forcé près d’un village bantou dirigé par un prétendu sorcier... Celui-ci sème la terreur chez les villageois et dans le peuple pygmée des forêts alentour, qu’il a réduit en esclavage. Kate prisonnière, Nadia et Alexander s’enfoncent dans la forêt et rejoignent les Pygmées, partis à la chasse à l’éléphant, pour les convaincre de se rebeller...

 

ALLENDE, Isabel : « Le royaume du dragon d'or »

La grande statue du Dragon d’or est à l’abri dans un petit royaume mystérieux, encastré dans les montagnes de l’Himalaya. Selon la légende, cette œuvre d’art ne vaut pas tant par les pierres précieuses qui la recouvrent que parce qu’elle prédit l’avenir et protège le pays. Au cœur de Manhattan, un millionnaire sans scrupules veut s’en emparer pour dominer le monde…Au palais, d’étranges événements se produisent et le roi pressent que le Dragon d’or est en danger.
C’est ce qu’ignorent l’intrépide journaliste Kate Cold, son petit-fils Alexander et son amie Nadia, qui viennent d’être conviés à découvrir les beautés et les secrets du Royaume interdit.

Partager cet article

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article

commentaires