Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Logo LE LUC couleur

PUGET-SUR-DURANCE

84360

Département de Vaucluse

Arrondissement d'Apt

Canton de Cadenet

Communauté de Communes 

des Portes du Luberon

712 habitants

43° 45" 21' Nord

5° 16" 11' Est

 

Agenda

 

 

EXPO PHOTO CLUB DE LAURIS

Vendredi 7 avril 2017

Vernissage - 19h00

Samedi 8 et dimanche 9 avril 2017

Expo journée

Temple

#

FLORALIES (Solidarité plus)

Dimanche 9 avril 2017

8h00-18h00

Extérieur / Salle des Fêtes

#

MOULES FRITES (Puget Loisirs)

Samedi 22 avril 2017

Journée

Salles des fêtes

#

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations diverses

plandepuget

  # 

Calendrier annuel des périodes

d'incinération des végétaux 

  14325-1-copie-1

#

Nouveaux horaires des déchèteries.

 

  4146-1

 

 

 

Bienvenue sur le blog de la Mairie de PUGET-SUR-DURANCE.

Vous pourrez accèder à toutes les informations concernant la Mairie , aux compte-rendus des réunions des différents Conseils Municipaux

et à toutes les décisions prises par votre nouvelle Municipalité.

Vous pouvez poser vos questions en faisant "ajouter un commentaire" et il vous sera répondu dans les cinq jours au même endroit.

Vos commentaires sont également les bienvenus.


Bonne visite !

Ouvertures et Permanences

 

Ouvertures de la Mairie

 

 

Nathalie et Manue vous recevront les :

 

Lundi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30

Mardi  de 14h à 17h30

Mercredi de 9h à 12h

Jeudi de 9h à 12h30

Vendredi de 9h à 12h30 et de 14h 17h30

Samedi de 9h à 12h

 


Permanences du Maire

 
sur rendez-vous .

 

Votre nouvelle équipe

 



Maire : Alain Sage

Premier adjoint : Jean-Daniel Duval

Deuxième Adjoint  : Danielle Faidy

Troisième Adjoint  : André Capanni

 

Quatrième Adjoint : Alain Blancheton

Conseillers Municipaux :

Jean-Claude Aoustin

Suzanne Bouchet
Christine Charbonnier

Nathalie Clausells
Christelle Fernandez

Gilbert Guérin
Sylvain Meyssard
Michèle Moulinet
Cathy Prost
Jean-Marie Scano

16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 15:39

Bibliothèque Municipale de Puget

Coup de Projecteur n° 69

Prêts de la Bibliothèque départementale

                                                      

                                                             Bibliobus du 30 Mai 2013

 

 

ROMANS

 

Littérature de langue anglaise

 

CRICHTON, Michael : « Etat d’urgence »

A San Francisco, le milliardaire George Morton s'écrase du haut d'une falaise à bord de sa Ferrari quelques minutes seulement après avoir annoncé qu'il retirait son soutien à un mouvement écologiste international... Avant de disparaître, George avait laissé un message énigmatique. Peter, son avocat, et Sarah, son assistante, le décryptent... et se trouvent emportés dans une course-poursuite qui va les précipiter des glaces de l'Antarctique aux forêts vierges de Mélanésie. Face à eux, un ennemi insaisissable prêt à détruire la planète pour prouver qu'elle est en danger. Tremblement de terre, tsunami, cyclone : si les idéalistes fous ne sont pas neutralisés, des milliers de gens vont mourir dans une série de catastrophes naturelles d'une ampleur sans précédent...

DELILLO, Don : « L’homme qui tombe »

Affrontant, avec les seules armes de son art, un monde en morceaux dont la représentation s'est perdue avec les attentats du 11 Septembre, Don DeLillo donne à voir les ressorts brisés de la belle machine humaine - psychisme, langage et corps impuissant confondus. Voyage au cœur de notre histoire commune, exploration magistrale des effets et des causes d'une catastrophe, ce roman fraye le chemin d'une catharsis qui autorise à regarder en face le Mal dans tous ses inévitables et fulgurants avènements.

FURST, Alan : « Le correspondant étranger »

Paris, 1938. Le rédacteur en chef d'un journal antifasciste clandestin est découvert mort dans un hôtel. La police conclut à un suicide, mais ses camarades émigrés italiens n'ont aucun doute : la police secrète de Mussolini a encore frappé.

GAINES, Ernest J : « Mozart est un joueur de blues »

Ce recueil, composé de nouvelles inédites éclairées par deux textes autobiographiques, vous donnera envie de lire toute son œuvre. Ernest J. Gaines, né en 1933 en Louisiane, est considéré comme un des auteurs majeurs du "roman du Sud " des États-Unis.

HARUF, Kent : « Colorado blues »

Charmeur, beau parleur, Jack Burdette a toujours trompé son monde. Malgré ses frasques d'adolescent, la ville de Holt lui a confié sans hésiter la plus importante de ses entreprises : la coopérative agricole. Jack s'empresse de détourner l'argent et disparaît subitement, abandonnant sa femme, Jessie enceinte, et ses deux enfants. La vengeance des habitants s'abat alors sur Jessie. Jusqu'au drame. Huit ans plus tard, l'enfant terrible revient au pays. Il a tout perdu et il est bien décidé à regagner le cœur de sa femme... Une histoire simple, des sentiments forts... Kent Haruf explore avec sobriété et pudeur toutes les passions humaines. Sa langue, tout en délicatesse, en émotions retenues, en élégance, est la marque d'un rare talent d'écrivain.

KALOTAY, Daphne : « Un papillon sous la neige » - Grands caractères -

Lorsqu'elle décide de mettre en vente son incroyable collection de bijoux, Nina Revskaïa, ancienne étoile du Bolchoï surnommée « Papillon », est persuadée qu'elle a tiré un trait sur son passé. Nina n'a jamais partagé les terribles secrets de cette époque, mais deux personnes vont tout faire pour les découvrir : Drew Brooks, la jeune femme qui s'occupe de la vente des bijoux, et Grigori Solodin, un professeur de russe persuadé que Nina détient la clé de son propre passé. Ensemble, ils vont lever le voile sur ce mystère et trouver des réponses qui bouleverseront pour toujours leur existence.

KING, Stephen Michael : « Christine » - Livre lu -

Christine est belle, racée, séduisante. Elle aime les sensations fortes, les virées nocturnes et le rock n'roll des années héroïques. Depuis qu'elle connaît Arnie, elle est amoureuse. Signe particulier : Christine est une Plymouth « Fury », sortie en 1958 des ateliers automobiles de Detroit. Une seule rivale en travers de sa route : Leigh, la petite amie d'Arnie…

ORRINGER, Julie : « Comment respirer sous l’eau »

Les nouvelles de Julie Orringer sont lyriques, violentes, et terriblement justes. Ce premier livre affirme un sens du tragique et une maîtrise de style qui la placent dans la lignée de Flannery O'Connor.

ROBBINS, Tom : « Une bien étrange attraction »

Tout ce qu'on adore de l’Amérique .... Sa contre culture: Fantasque, drôle et ... féroce !

ROBBINS, Tom : « Comme la grenouille sur son nénuphar »

Délectable du début à la fin. Tom Robbins est une fois de plus en parfait équilibre entre le burlesque et le profond.

ROTH, Philip : « Exit le fantôme »

Après onze ans de réclusion volontaire dans la campagne du Massachusetts, Zuckerman remet les pieds à New York, pour une intervention bénigne. Et voilà Zuckerman, qui se croyait immunisé, en proie à un dernier coup de foudre. Pour Jamie, la très charmante jeune femme du couple. Va-t-il passer à l'acte ? Ou se servir de ce dernier amour pour écrire encore - traduire dans une fiction les fantasmes qu'il lui inspire ?

BUCHAN, John : « Les trente-neuf marches »  - Grands caractères –

Traduction révisée, texte intégral suivi d'une biographie de John Buchan. Classique parmi les classiques du roman d'espionnage, Les Trente-neuf marches relate les péripéties de Richard Hannay, ancien ingénieur des mines en Afrique du Sud. Revenu à Londres après avoir fait fortune, il se retrouve aux prises avec une puissante organisation criminelle nommée La Pierre Noire. Composée d'espions allemands, celle-ci fomente un complot visant à jeter l'Europe dans la guerre. Pourchassé sur la lande écossaise, Richard Hannay se bat pour sauver sa vie et déjouer la conspiration. Il a vingt jours pour déchiffrer le code qui permettrait aux services secrets anglais de stopper l'infernale machination. Captivant de bout en bout, Les 39 marches inspireront en 1935 le célèbre film d'Alfred Hitchcock.

 

 

Littérature de langue italienne

 

BEVILACQUA, Alberto : « A travers ton corps »

L'Amant de Lady Chatterley est un des romans les plus célèbres du XXe siècle. Mais on ne sait guère que les découvertes érotiques de Constance Chatterley dans les bras de son garde-chasse ont été imaginées par Lawrence lors de ses nombreux séjours en Italie et en particulier après les semaines qu'il passa au bord de la mer de Ligurie avec son épouse allemande, Frida von Richthofen. Mieux encore : le personnage de Mellors aurait été largement inspiré à l'auteur par un superbe Italien, Angelo Ravagli, qui fut l'amant puis le troisième mari de Frieda à la mort de Lawrence. Telle est la révélation surprenante qui constitue le point de départ d'À travers ton corps.

BIASION, Renzo : « S’agapo »

S'agapo (" Je t'aime " en grec) évoque des épisodes romancés de l'occupation italienne en Grèce "1941-1943). Description du quotidien de cette armée censée " rompre les reins " du peuple grec. Dans des paysages d'une prodigieuse beauté, dans l'intimité des campements ou dans les bras des--- femmes, soldats et officiers trompent l'attente, l'épuisement et la peur.

BOSONETTO, Marco : « Grand-père Rosenstein nie en bloc »

Joueur de clarinette, époux volage, père intermittent, instable caractérisé et alcoolique appliqué, Simon Rosenstein achève de consterner sa famille en rédigeant des mémoires où il affirme entre autres que la Shoah n'a pas existé et que les prétendues victimes ont été évacuées par les sionistes vers l'Australie - ce qui surprend quelque peu de la part... d'un rescapé d'Auschwitz. Le grand-père indigne et ses nouveaux amis négationnistes font route pour Paris dans l'intention d'y tenir une conférence de presse. Poursuivis par la tribu atterrée, les services secrets israéliens et une fort curieuse secte new age. Au terme de force péripéties, le mystérieux comportement de " pépé Rosenstein " trouvera une bouleversante explication.

CARCASI, Giulia : « Je suis en bois »

Un gouffre d'incompréhension sépare Giulia de Mia, sa fille de dix-huit ans. Chacune triche, joue un rôle, et tait l'essentiel. La lecture du journal intime de Mia replonge sa mère dans le passé. Elle lui confie alors par lettres ce qu'elle ne lui avait jamais dit. Dans les secrets des générations passées, c'est sa propre histoire que découvre la jeune fille.

DEMARCHI, Cesare : « La vocation »

Luigi Martinotti a trente-cinq ans et vit à Milan. Pour des raisons économiques, il a dû renoncer à des études universitaires et a été successivement gardien de parking et commis dans une librairie. Mais désormais, il est employé dans un fast-food où il fait cuire des frites pendant huit heures par jour. Le week-end, il retrouve Antonella, elle aussi employée dans le même restaurant et mère d’un petit garçon. Malgré l’intensité de leur relation charnelle, malgré son attachement pour l’enfant, Luigi tient à conserver sa liberté pour se consacrer à sa passion secrète : l’Histoire, et plus particulièrement celle d’Attila, dont il tente de percer la stratégie politique.

PENNACCHI, Antonio : « Canal Mussolini »

Les Peruzzi : dix-sept frères et sœurs, une tribu. Des paysans sans terre, tendance marxiste, à la tête dure et au sang chaud. Parce qu'un certain Benito Mussolini est un ami de la famille, ils abandonnent le rouge pour le noir. En 1932, avec trente mille autres affamés, ils émigrent dans les marais Pontins, au sud de Rome, où démarre le chantier le plus spectaculaire de la dictature. Huit ans sont nécessaires pour creuser un gigantesque canal, assécher sept cents kilomètres carrés de bourbiers infestés de moustiques et bâtir des villes nouvelles. Enfin, les Peruzzi deviennent propriétaires de leurs domaines. Mais tandis que l'histoire emporte les aînés dans le tourbillon des conquêtes coloniales et de la Seconde Guerre mondiale, au Canal, les abeilles d'Armida, l'ensorcelante femme de Pericle, prédisent un sombre avenir. Entre chronique et farce, Pennacchi signe un roman époustouflant où la saga d'une famille sur trois générations croise un demi-siècle de l'histoire italienne.

 

Littérature de langue espagnole

 

ETXEBARRIA, Lucia : « Cosmofobia »

Lavapiès. Un quartier populaire en plein Madrid, mosaïque de cultures et de couleurs. En son cœur, un centre associatif, avec ludothèque et garderie. Jeunes et vieux s'y croisent. Téléopératrice fauchée, dealer, éducatrice végétarienne, clandestin, môme hyperactif sont autant de personnages en quête d'identité qui s'aiment, virevoltent, se ratent, sans jamais se mélanger. Comédie humaine survoltée et tendre à la fois, Cosmofobia capte l'essence même de notre société métissée et fragmentée..«À travers ces portraits, Etxebarria nous dresse un catalogue épicé de toutes ces pathologies qui poussent sur les trottoirs des villes comme du chiendent. Sans misérabilisme, mais avec du nerf et du rire.»

HERNANDEZ, Felipe : « La partition »

Un jeune compositeur, José Medir, survit en donnant des leçons de piano dans une famille bourgeoise, jusqu'au jour où l'ancien directeur du conservatoire, un curieux personnage devenu le maître incontesté de l'Auditorium de la ville, s'intéresse soudain à lui. Il lui commande une étrange partition dont il se réserve l'exclusivité. Le jeune musicien à l'oreille exceptionnelle se trouve alors inexorablement happé par un tourbillon. Felipe Hernández excelle à mener l'intrigue d'un roman qui n'est ni simplement réaliste ni délibérément fantastique, et qui est aussi une réflexion sur la création.

LAGO, Eduardo : « Voleur de cartes »

Comment naît une histoire ? Dans un monde sans dieux, la réponse demeure dans l’incertitude la plus totale. Sophie – Brooklyn de son vrai nom –, la trentaine, revient vivre à Paris après des années d’absence. Un peu perdue, elle furète sur Internet, quand elle tombe sur le mystérieux e-mail d’un écrivain qui propose à qui le veut bien de lire ses contes et nouvelles. Intriguée, elle demande à les recevoir, sans imaginer qu’ils vont la conduire à Trieste où elle fera la connaissance d’Ali Farkem, le séduisant voleur de cartes.

MARSE, Juan : « Calligraphie des rêves »

Ringo a perdu tout espoir de devenir pianiste. Adolescent rêveur, il erre dans le quartier de Gracia. Réfugié dans le bistrot de la señora Paquita, il observe les déshérités qui défilent. Sous l'ombre menaçante de la dictature franquiste des années quarante, il s'accroche à l'écriture, dépeint les extravagances de ses voisins et tente de percer les secrets de son père.

ONETTI, Juan Carlos : « Les bas-fonds du rêve »

 Les personnages de Juan Carlos Onetti sont ceux des tangos populaires que l'on fredonne en Uruguay, en Argentine. Ils ont pour rendez-vous Santa Maria. C’est dans cette ville imaginaire, quintessence de la vie provinciale, que se déroulent la plupart des romans et des nouvelles qu'Onetti à écrits tout au long de sa vie. Santa María, c'est Montevideo ou Buenos Aires, où échouent les errants du monde entier en quête de fortune, d'identité, d'oubli. Ecoutez cette voix poignante qui raconte avec une pitié pudique et une pointe d'humour noir l'angoisse quotidienne, le spleen et les médiocres joies du petit peuple : elle colle à la mémoire comme un air de bandonéon.

OVEJERO, José : « Mauvaise année pour Miki »

2001, une mauvaise année pour Miki. Animateur radio solitaire, amateur de jeux vidéo et de sites porno, Miki voit sa routine bouleversée par les morts successives de son fils, dans un accident de voiture, et de sa femme, assassinée dans des conditions troublantes. Alors que tout le monde s'attend à ce qu'il s'effondre, Miki reste spectaculairement indifférent et froid, reclus dans son univers virtuel d'écrans, de consoles et de caméras de surveillance. Une sorte de régression le lance à la redécouverte d'une adolescence fantasmée, faite d'insouciance, de drogues et de sexe sans lendemain, tandis que l'enquête sur la mort de sa femme n'en finit plus de piétiner.

RIVERA, Hernan : « Le virtuose »

Les habitants de la mine de salpêtre Coya Sur sont confrontés à deux événements majeurs qui vont changer leur vie pour toujours : la fermeture définitive de la mine et le dernier match de foot contre Maria Elena, la mine voisine, leur rivale de toujours. Seul un miracle peut leur faire gagner cette rencontre ultime. C'est alors qu'apparaît dans le village écrasé de soleil, exhaussant toutes les prières, le Virtuose, jonglant de façon incroyable avec son ballon, qui laisse les habitants sans voix : le Messie du ballon est arrivé...Hernán Rivera Letelier revient à l'imaginaire de la pampa et des mines avec cette histoire touchante et amusante, dans laquelle des personnages inoubliables jouent leur vie au nom de l'orgueil, de l'amitié, du courage. Et surtout, de l'amour.

DEL VALLE, Ignacio : « Empereurs des ténèbres »

L hiver 1943 s éternise tout comme la guerre sur le front russe près de Leningrad. La División Azul, composée de militaires franquistes et de phalangistes, se bat aux côtés de l armée allemande. Un matin, on découvre, pris dans les glaces d une rivière, le cadavre égorgé d un soldat espagnol portant sur l épaule une mystérieuse phrase inscrite au couteau : « Prends garde, Dieu te regarde. » Il est la première victime d une étrange série que l’ex-lieutenant Arturo Andrade, garçon violent, arriviste et lui-même assassin est chargé d élucider. Le froid, la faim, la neige et la folie sont la toile de fond de ce roman où la violence des combats côtoie le quotidien des habitants. Des fous sont oubliés dans un asile servant de refuge aux pires produits d un conflit sans fin. Des soldats ayant bravé la mort jouent le soir à la roulette russe. On assassine, on aime, on se trahit. Les ténèbres sont là. L ambiguïté humaine aussi. Thriller historique hanté par la notion du mal et de la rédemption, Empereurs des ténèbres montre que toute âme, qu’elle soit sombre ou innocente, est infiniment complexe et peut ouvrir les portes de l enfer sur terre.

VALERA, Juan : « Pepita Jiménez »

Le jeune don Luis de Vargas s'apprête à prononcer les vœux de la prêtrise. Élevé au séminaire par un oncle doyen qui lui a insufflé sa foi, il croit sa vocation inébranlable jusqu'au jour où il retourne sur sa terre natale, l'Andalousie. Là, tout vacille avec douceur. Dans une correspondance quotidienne adressée à son oncle, le jeune séminariste évoque le dégoût que lui inspirent les mondanités, son père, cacique du village, bon vivant plus proche des femmes que de Dieu, et la jeune veuve qu'il entend épouser, Pepita Jiménez, puis le souvenir doux et cruel de sa mère, sa vocation, sa foi et toujours et encore le charme de la belle Pepita. Jour après jour se dessine ainsi une éducation sentimentale fort délicate, et bien moins innocente qu'il n'y paraît. Joyau de la littérature andalouse et grand succès populaire, ce roman écrit en 1874 n'a jamais été traduit dans son intégralité en français. Pourtant Pepita Jiménez a été adapté trois fois au cinéma. Le célèbre compositeur espagnol, Isaac Albéniz, en a également fait un opéra du même nom.

 

Littérature d’autres langues

 

COLLIANDER, Tito : « Une enfance à Pétrograd » - Grands caractères -

Tito Colliander, fils d'un colonel du Tsar, vit à Petrograd (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) lorsqu'éclate la Révolution russe de 1917. Il a 13 ans. Tout son univers familier bascule. Il découvre l'ostracisme (il est Finlandais et parle suédois), la haine, la peur. Ses amis deviennent ses ennemis...  Si sa famille quitte finalement la Russie en 1918 pour échapper à la Révolution, les quatorze années de cette enfance russe marqueront à jamais Tito Colliander de leur empreinte.

AMADO, Jorge : « Tieta d’Agreste »

Adolescente, la charnelle chevrière Tieta a fui les collines d’Agreste sous l’opprobre publique et le bâton vindicatif du vieil Esteves, son père. Trente ans plus tard, devenue une femme influente de São Paulo, elle regagne le paradis perdu de sa bourgade natale, dans la province de Bahia. Les habitants d’Agreste, mus par divers intérêts, semblent alors décidés à faire table rase du passé pour accueillir comme il se doit la riche veuve Antonieta Esteves Cantarelli, accompagnée d’une virginale jeune femme qu’elle présente comme la fille de son époux défunt. D’emblée, Tieta est consacrée figure tutélaire de la petite communauté bahianaise. C’est pourtant la même Tieta qui, lorsqu’une industrie chimique menace de s’installer sur la paradisiaque plage du Mangue Seco, devient à son insu le porte-flambeau voluptueux et souriant d’une cabale menée contre l’usine et son cortège de maux que sont la pollution et la corruption. Mais comment réagiront les protégés bien-pensants de la Pauliste quand ils découvriront que derrière une façade de joyeuse respectabilité se dissimule une tenancière de maison-close au service des millionnaires, et qui, loin d’avoir étouffé sa sensualité, dévoie chaque nuit son chaste neveu promis à embrasser la carrière de séminariste ? ( Tieta d'Agreste est un livre foisonnant et coloré qui, à lui tout seul, pourrait représenter le Brésil. L'héroïne, Tieta, fait danser tout ce joli monde et le lecteur avec. Si vous ne devez lire qu'un seul livre de Jorge Amado, ce qui serait dommage, alors lisez celui-ci!)

PAASILINNA, Arto : « Le potager des malfaiteurs ayant échappé  la pendaison »

Humour loufoque, gaudriole, pitreries rabelaisiennes, Arto Paasilinna est l'inventeur d'une sorte de commedia dell'arte scandinave où Scaramouche et Matamore ont passé le relais à de chauds Lapons qui observent les dérives et les sottises de leur époque. Avec Le Potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison, le romancier poursuit son travail de satiriste pour épingler une brochette de parasites : tous ceux qui, malfrats minables ou PDG cyniques, espèrent passer entre les mailles de la justice. (André Clavel - L'Express, juin 2011)

YOSHIMURA, Akira : « Le convoi de l’eau »

Un homme étrange s’engage au sein d’une équipe chargée de construire un barrage en haute montagne. Perdu dans la brume, tout au fond d’une vallée mal connue, se révèlent les contours d’un hameau, mais les travaux ne sont pas remis en question par cette découverte: le village sera englouti sous les eaux. Au cours de ce terrible chantier, le destin de cet homme entre en résonance avec celui de la petite communauté condamnée à l’exil. A la veille du départ qui leur est imposé, il observe les premières silhouettes alignées sur le sentier escarpé. Elles sont innombrables et portent sur leur dos un singulier fardeau. Des images de toute beauté, inoubliables.

 

DOCUMENTAIRES

 

PSYCHOLOGIE

 

COTE, Sophie : « L’épanouissement de l’enfant doué »

Un peu plus de 2 % des enfants sont précoces intellectuellement. Deux caractéristiques sont essentielles chez eux: leur rapidité de compréhension et d'apprentissage, et leur extrême sensibilité. La première les met en décalage par rapport aux enfants de leur classe: ils s'ennuient à l'école dont ils jugent le rythme trop lent. La seconde les rend particulièrement vulnérables: pour se protéger, ils adoptent parfois des comportements ou des mécanismes de défense qui leur compliquent la vie et ne facilitent pas celle de leur entourage familial et scolaire. Sophie Côte et Ladislas Kiss aident les parents à repérer la précocité éventuelle de leur enfant et les éclairent sur certaines de ses réactions. Ils leur indiquent comment l'aider à s'épanouir harmonieusement dans sa famille, à l'école et socialement, tout en satisfaisant sa curiosité intellectuelle. Car un enfant précoce épanoui aura tous les atouts pour être un adulte équilibré et accompli.

RUBIN, Gabrielle : « Il faut aider les pères »

On exige aujourd'hui des pères l'impossible. Ils doivent représenter aux yeux des enfants la force et la sécurité, leur montrer le bon chemin, les obliger à se comporter convenablement, alors même que l'environnement social, de plus en plus violent et contestant toute autorité, ne leur fournit aucune aide. Pour Gabrielle Rubin, il faut d'urgence aider les pères à trouver, inventer une nouvelle autorité paternelle, car si l'abolition d'une organisation sociale fortement hiérarchisée a été extrêmement bénéfique aux adultes et à la société, les enfants, par contre, en sont les victimes. Aider les pères ? Certes, mais comment ? Eh bien, en reconnaissant déjà qu'ils jouent un rôle spécifique auprès des enfants. Et, par conséquent, en admettant qu'ils ne sont pas des mères

SERVANT, Dominique : « Ne plus craquer au travail »

Ce guide clair et complet, illustré de nombreux témoignages et de conseils concrets, s'adresse à tous : dirigeants, salariés et managers. Car mieux organiser sa vie professionnelle, et y développer de nouvelles capacités psychologiques, peut nous aider à faire (ou à refaire) de notre travail une activité intéressante et enrichissante. « Ce livre se lit très facilement donne des outils et des points de vue bien ciblés et qui permettent de voir rapidement sans effort un point de vue qui permet de lacher prise plus facilement sur des situations qui contrarie, énerve ou déstabilise au travail. Des outils aussi pour mieux gérer son stress. Vraiment  très bien. À conseiller dans le monde du travail mais aussi des relations de groupes ou associatives. »(Commentaire d’un client sur Amazon)

 

RELIGIONS

 

LENOIR, Frédéric : « Socrate, Jésus, Bouddha »

La crise actuelle n'est pas simplement économique et financière, mais aussi philosophique et spirituelle. Contre une vision purement matérialiste de l'homme et du monde, Socrate, Jésus et Bouddha sont trois maîtres de vie. Une vie qu'ils n'enferment jamais dans une conception étroite et dogmatique. Leur parole a traversé les siècles sans prendre une ride, et, par-delà leurs divergences, ils s'accordent sur l'essentiel : l'existence humaine est précieuse et chacun, d'où qu'il vienne, est appelé à chercher la vérité, à se connaître dans sa profondeur, à devenir libre, à vivre en paix avec lui-même et avec les autres. Un message humaniste, qui répond sans détour à la question essentielle du sens de la vie.

PAYAN, Paul : « Entre Rome et Avignon »

Rome, printemps 1378. La ville est en effervescence. Le dimanche de Pâques, on a couronné un nouveau pape, un Italien, Urbain VI. Les Romains n'ont pas assisté à une élection pontificale depuis... soixante-quinze ans, car les sept derniers papes, tous d'origine française, ont choisi de résider à Avignon. La papauté est-elle de retour dans la Ville éternelle ? C'est oublier les cardinaux, qui supportent mal la manière dont Urbain les traite. Au début de l'été, ils quittent Rome et désignent un nouveau pape, Clément VII, qui s'installe dans le palais de ses prédécesseurs à Avignon. L'Eglise, désormais, a deux têtes. Le Grand Schisme a commencé. Jusqu'en 1417, deux lignées de pontifes vont s'affronter: à Avignon comme à Rome, ils activent des réseaux diplomatiques complexes pour rallier les puissances européennes, ils guerroient par mercenaires ou par théologiens interposés, ils lèvent des impôts divers pour remplir des caisses toujours vides. Guerres, chantages, excommunications, alliances et défections aboutissent à des situations extravagantes: on verra ainsi le roi de France décider, en 1398, de soustraire son royaume à toute obédience, un épisode inédit dans l'histoire de la Chrétienté; on encore, en 1409. Non plus deux, mais trois papes revendiquer le trône de saint Pierre. Ce livre raconte l'extraordinaire partie d'échecs qui a mis aux prises l'Europe entière, quarante ans durant.

 

SOCIETE

 

DAKHILYA, Jocelyne : « Les musulmans dans l’histoire de l’Europe »

Tome 1 -  Ce premier volume d'une vaste enquête sur l'histoire de la présence musulmane en Europe a l'ambition d'expliquer pourquoi cette réalité est restée ignorée et à quelles difficultés on se heurte à vouloir définir un "musulman" dans un contexte européen, ce qui, aujourd'hui comme hier, pose des problèmes éthiques et politiques forts.

Tome 2 - Ce livre plus théorique invite à sortir d’une problématique toujours sous-jacente du « choc des civilisations », en montrant que les frontières politiques et religieuses ne recoupent pas nécessairement des ensembles culturels cohérents.  Les antagonismes religieux ou politiques, aussi rédhibitoires soient-ils, ne doivent pas empêcher de voir les lieux d’une proximité ou d’une identité d’être, au sens de l’être social ou culturel et non pas au sens de l’humanisme.

AUBENAS, Florence : « Le quai de Ouistreham »

Désireuse de saisir au plus près la réalité sociale de la crise, Florence Aubenas s'est immergée pendant six mois dans le quotidien d'une travailleuse précaire. Sans autre qualification que le baccalauréat sur son CV, elle s'inscrit au Pôle Emploi de Caen. Son objectif : décrocher un CDI. Elle devient alors "agent de nettoyage" et enchaîne les heures par-ci par-là. Dans son livre, elle témoigne de la misère ordinaire de la France d'en bas. Un document exceptionnel qui a dévoilé le vrai visage de la crise.

PIERRAT, Emmanuel : « Familles, je vous hais »

Des veuves abusives aux petits-neveux de la concierge, les héritiers d'auteurs sont pour beaucoup devenus des ayants droit... «d'emmerder le monde» !Avocat au barreau de Paris, Emmanuel Pierrat dirige un cabinet spécialisé dans le droit de la propriété intellectuelle.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by mairie de puget - dans Bibliothèque Municiaple
commenter cet article

commentaires